Chris­tophe Fargier tient
à l’in­dé­pen­dance du Ninkasi

Christophe Fargier n’en fait pas mystère : il est courtisé par des brasseurs industriels qui se verraient bien mettre la main sur l’enseigne Ninkasi (36 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2019). Mais son patron-fondateur, majoritaire au capital, n’est absolument pas vendeur. « Si je vendais, j’aurai les moyens de profiter de la vie. Mais ce serait renoncer au modèle d’entreprise indépendante et engagée que je défends depuis 1997 », rapporte Christophe Fargier. Qui ne demeure pas moins ambitieux : l’enseigne lyonnaise, dont les 19 établissements sont tous implantés en Rhône-Alpes, p

Cet article est réservé aux abonnés
Pour lire l'article
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Identifiez-vous