Solexia : Hervé Krati­roff accen­tue son accent terroir

Et une acqui­si­tion de plus pour Solexia. Le fonds d’in­ves­tis­se­ment lyon­nais dirigé par Hervé Krati­roff (80 % des parts) et Éric Versini (20 %) pour­suit sa marche en avant avec le rachat d’Allier Volailles basée à Escu­rolles (Allier), une société spécia­li­sée dans l’abat­tage, la découpe et l’éla­bo­ra­tion de produits à base de volailles qui compte 78 colla­bo­ra­teurs et réalise 14,2 millions d’eu­ros de chiffre d’af­faires en 2019. Une nouvelle entre­prise qui intègre la galaxie Solexia, désor­mais compo­sée de dix PME affi­chant, au total, 86,7 millions d’eu­ros de chiffre d’af­faires.

L’en­tre­prise fami­liale vient conso­li­der le pôle agroa­li­men­taire qui réalise désor­mais plus de deux-tiers de l’ac­ti­vité du groupe lyon­nais. Et renforce ainsi l’ac­cent terroir de Solexia, déjà proprié­taire de produc­teur de volailles (Sedi­vol, Volailles Vey), de fabri­cants de saucis­sons (Salai­son du Val d’Al­lier et Maison Chil­let) ou encore de l’en­tre­prise Le Graton Lyon­nais.

Bâti à coup de rachat d’en­tre­prises depuis sa créa­tion en 2005, Solexia applique une nouvelle fois sa recette avec Allier Volailles : la reprise de PME fami­liales, posi­tion­nées sur un marché de niche, en bonne santé finan­cière et basées pas trop loin de Lyon. Un dernier point primor­dial pour les deux diri­geants de Solexia qui reven­diquent un posi­tion­ne­ment diffé­rent des inves­tis­seurs « clas­siques » en s’im­pliquant person­nel­le­ment dans les entre­prises. « Pour nous, la reprise d’en­tre­prise est avant tout une aven­ture humaine, on veut s’ins­crire dans la durée et vivre avec les équipes. On ne cherche pas le profit à court terme », affirme Hervé Krati­roff.