Les sorties de…
Philippe Dela­carte :
Éclec­tique et clas­sique

Le président du directoire de la Banque Rhône-Alpes sort beaucoup en semaine. Ses goûts sont éclectiques. Avec un intérêt marqué pour l’histoire et les grandes institutions lyonnaises, qu’elles soient culturelles ou gastronomiques.

Cinéma : « La Belle époque » et « J’ac­cuse » 

Il a beau­coup aimé « La Belle époque », très poétique et esthé­tique, avec un faible pour Fanny Ardant et Daniel Auteuil. Le « J’ac­cuse » de Roman Polanski l’a inté­ressé aussi. « Il a pris des liber­tés avec l’af­faire, mais c’est un bon film. Il arrive bien à mettre en scène les clivages de l’époque  ». 

Livres : week-ends et vacances


Sortant régu­liè­re­ment (deux à trois fois par semaine), c’est essen­tiel­le­ment le week-end et en vacances qu’il lit. Souvent des livres tein­tés d’his­toire. Il a fini 2019 avec « Ceux de 14 » de Maurice Gene­vois, publié il y a bien long­temps. Passion aussi pour les livres d’art. Témoin, sa lecture de « Gréco ou le secret de Tolède » de Maurice Barrès. 

Musique : Quatuor Debussy et Audi­to­rium 

Avec une banque mécène du Quatuor Debussy, diffi­cile de ne pas reven­diquer les quali­tés de ce dernier. « C’est une forma­tion malléable qui s’adapte à beau­coup de contextes. Faire décou­vrir Chos­ta­ko­vitch à un public jeune, c’est passion­nant ». 

Au Théâtre de la Croix-Rousse :

Haydn et le Requiem de Mozart, pas mal non plus. Et, pour écou­ter de la musique, un faible pour l’Au­di­to­rium et son « acous­tique parfaite »

A table

Danièle & Denise, chez Anto­nin et La Mère Brazier
Fin gour­met, Philippe Dela­carte est comblé depuis qu’il est arrivé à Lyon.