Avec Ener-Pacte,
Manuel Emig fait rayon­ner l’éner­gie solaire

La jeune société lyonnaise spécialisée dans l’exploitation et la sécurisation des centrales photovoltaïques table sur une levée de fonds de 3 millions d’euros pour accompagner son développement.
Manuel Emig, co-fonda­teur d’Ener-Pacte, spécia­liste de l’éner­gie solaire

Pas l’ombre d’un nuage pour le spécia­liste lyon­nais de l’éner­gie solaire Ener-Pacte en ce début d’an­née 2020. La jeune société, fondée en 2016 par trois entre­pre­neurs (améri­cain, français et alle­mand) spécia­listes des éner­gies renou­ve­lables, table sur une levée de fonds de 3 millions d’eu­ros sur les prochains mois pour accé­lé­rer son déploie­ment. L’en­tre­prise spécia­li­sée dans l’ex­ploi­ta­tion, la sécu­ri­sa­tion et l’op­ti­mi­sa­tion des centrales photo­vol­taïques auprès d’ac­teurs non-profes­sion­nels du secteur (des agri­cul­teurs et indus­triels en majo­rité) a déjà pu réunir 1,2 million d’eu­ros grâce au soutien d’in­ves­tis­seurs multiples. 

Garan­tir la renta­bi­lité

« Cet argent va nous permettre de déve­lop­per de nouveaux projets, d’agran­dir notre parc et sera réin­vesti dans du R&D », avance Manuel Emig, entre­pre­neur alle­mand, co-fonda­teur d’Ener-Pacte. La société lyon­naise va ainsi pouvoir affi­ner son outil interne « Sere­nity », basé sur un algo­rithme précis, qui permet d’éta­blir un diagnos­tic détaillé de l’état d’une centrale avant de créer un plan d’ac­tion pour l’op­ti­mi­ser. « Nous inter­ve­nons pour garan­tir aux proprié­taires de centrales la renta­bi­lité de leur instal­la­tion. Beau­coup d’ac­teurs agri­coles et indus­triels ont investi dans le photo­vol­taïque ces dernières années mais ces centrales sont aujourd’­hui sujettes à des problèmes tech­niques, ce qui impacte leur produc­tion et donc leur renta­bi­lité. Avec Ener-Pacte, nous créons une solu­tion pour réduire ces risques », détaille le co-fonda­teur de l’en­tre­prise.

« Cons­truire une véri­table entre­prise »

La jeune société, qui fonc­tionne « encore comme un start-up, avec ses forces et ses faiblesses », dixit Manuel Emig, ambi­tionne de « deve­nir le premier gestion­naire de centrales solaires déte­nues par des non-profes­sion­nels en France et en Europe ». Un déve­lop­pe­ment qui passe par « la construc­tion d’une véri­table entre­prise, solide et carrée, pour établir un vrai process et des façons de faire » pour le co-fonda­teur du groupe. « Nous voulons être capables de penser les prochains coups, de nous ouvrir à d’autres segments du marché en France, à de nouveaux acteurs avec des outils plus précis et affi­nés », pour­suit le co-fonda­teur de la société.

Ener-Pacte regarde aussi vers l’in­ter­na­tio­nal et compte déployer ses solu­tions dans d’autres pays, comme en Italie notam­ment, où l’état des centrales photo­vol­taïques instal­lées lors de la forte période de crois­sance du secteur, entre 2008 et 2013, se dégrade comme en France. « On peut gran­dir très vite sur cette problé­ma­tique », conclut Manuel Emig, réso­lu­ment opti­miste quant au déve­lop­pe­ment de la jeune société lyon­naise.