Rhônex­press : les coulisses de la rési­lia­tion du contrat

En faisant voter la résiliation du contrat, David Kimelfeld a réglé le dossier Rhônexpress par la manière forte. Au terme de huit mois de négociations infructueuses, les deux camps s’en rejettent la responsabilité.

David Kimelfeld (©Olivier Chassignole), Fouziya Bouzerda (©Olivier Chassignole) et Adnane El-Qotni (DR) Le V de la victoire réalisé les deux bras en l’air par David Kimelfeld à l’énoncé du vote ne trompe pas : il a réalisé un coup politique en faisant adopter, le 21 février par le conseil syndical du Sytral, la résiliation du contrat de la liaison Rhônexpress opérée par Vinci. La fin d’un feuilleton de plus de huit mois, lancé en avril dernier par l’ouverture de négociations avec les délégataires de la concession (Vinci, Caisse des Dépôts et Transdev) pour rediscuter d’un contrat jugé « tr

Cet article est réservé aux abonnés
Pour lire l'article
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Identifiez-vous