Domi­nique Girau­dier, figure du renou­veau de l’Ins­ti­tut Paul Bocuse

Depuis son arrivée à la tête de l’Institut Paul Bocuse en 2015, Dominique Giraudier insuffle un nouveau dynamisme à la maison d’excellence hôtelière et culinaire d’Ecully. L’école qui fête son trentième anniversaire en 2020, poursuit sa mue et s’impose aujourd’hui comme une référence mondiale dans son domaine.

« C’est une jour­née impor­tante, ce parte­na­riat est haute­ment symbo­lique pour notre école. » Tout sourire aux côtés de Gino Andreetta, direc­teur géné­ral Europe-Afrique Resorts du Club Med, Domi­nique Girau­dier ne boude pas son plai­sir. Le direc­teur géné­ral de l’Insti­tut Paul Bocuse a offi­cia­lisé mardi, un parte­na­riat inédit avec le leader mondial des vacances haut de gamme (1,268 milliard de chiffre d’af­faires en 2018), dirigé depuis plus de vingt ans par Henri Giscard d’Es­taing.

Ainsi, l’école basée à Ecully, réfé­rence mondiale de la forma­tion en hôtel­le­rie et art culi­naire, propo­sera une nouvelle forma­tion « Culi­nary Resort Mana­ge­ment », en alter­nance avec les équipes du Club Med à partir de septembre prochain. 

Ce diplôme permet­tra aux étudiants d’in­té­grer les équipes du Club Med comme sous-chef à l’is­sue de la forma­tion, et de pouvoir évoluer en moins de deux ans, au poste de Chef de Cuisine dans l’un des 70 Resorts du groupe autour du monde.

« Notre raison d’être, c’est de garan­tir l’em­ploya­bi­lité de nos étudiants et la valo­ri­sa­tion de leur diplôme, martèle Domi­nique Girau­dier. Nous souhai­tons que nos diplô­més travaillent au bon endroit par rapport à leurs compé­tences. En s’as­so­ciant avec le Club Med, on leur propose un accé­lé­ra­teur de posi­tion­ne­ment au sein d’un leader mondial du resort. Une grande école ne peut pas se déve­lop­per si elle reste trop éloi­gnée des entre­prises. »

Domi­nique Girau­dier (IPB) et Gino Andreetta (Club Med)

Une étoile au Guide Miche­lin pour « Saisons »

Depuis son arri­vée à la tête de l’IPB en septembre 2015, Domi­nique Girau­dier met un point d’hon­neur à dyna­mi­ser l’école d’ex­cel­lence hôte­lière et culi­naire, comme l’at­teste ce parte­na­riat école-entre­prise unique signé avec le Club Med. Le « maître d’école », comme il aime se défi­nir, a notam­ment oeuvré pour que les forma­tons Bac+3 et Bac+4 de l’Ins­ti­tut soient enfin recon­nues par l’Etat (depuis septembre 2018). Il est allé déni­cher le chef Davy Tissot, MOF 2004, pour lui confier la direc­tion du restau­rant d’ap­pli­ca­tion de l’Ins­ti­tut en 2016. Un choix qui s’avère aujourd’­hui payant puisque « Saisons » est devenu en janvier dernier le premier établis­se­ment à voca­tion péda­go­gique en France à rece­voir une étoile au Guide Miche­lin. Une belle recon­nais­sance pour le direc­teur de l’école d’ex­cel­lence à la française.

« Aujourd’­hui, je suis un maître d’école heureux. Je m’ins­cris dans le prolon­ge­ment d’une trajec­toire. Celle insuf­flée par Paul Bocuse et Gérard Pélis­son qui sont l’ADN de cette école. Je ne fais que me repo­ser sur ce patri­moine dont je suis dépo­si­taire pour le concré­ti­ser au niveau mondial », avançait-il mardi, après avoir salué Yves-Marie Uhlrich, maire d’Ecully, de passage dans les couloirs du Château du Vivier.

L’Ins­ti­tut Paul Bocuse s’agran­dit

Installé depuis 1990 autour de cette bâtisse, ancienne rési­dence d’été d’un soyeux Lyon­nais construite en 1880, l’Insti­tut Paul Bocuse a lancé en octobre dernier, sous la houlette de son direc­teur géné­ral, des vastes travaux pour agran­dir son campus. L’école va annexer le château de la Rose­raie, situé à quelques mètres de son siège histo­rique dans le Parc du Vivier, pour doubler sa surface et sa capa­cité d’ac­cueil.

« Les métiers auxquels nous nous consa­crons sont en pleine crois­sance. Nous avons trois demandes pour une place. Avec ce nouveau site, nous allons accueillir 1000 étudiants supplé­men­taires. Un peu plus de 6000 m2 de locaux vont être dédiés à l’en­sei­gne­ment supé­rieur, parti­cu­liè­re­ment en mana­ge­ment de l’hô­tel­le­rie et de la restau­ra­tion. », détaillait à l’au­tomne dernier Domi­nique Girau­dier, fier de présen­ter ce nouveau projet à la presse aux côtés de Gérard Pélis­son. Les travaux de ce projet à 25 millions d’eu­ros devraient être fina­li­sés en 2021, une belle nouvelle étape pour Domi­nique Girau­dier et l’Insti­tut Paul Bocuse.

Le Château de la Rose­raie, inté­gré à l’Ins­ti­tut Paul Bocuse en 2021

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aime­rions avoir votre avis pour nous amélio­rer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anony­me­ment à ce ques­tion­naire ou nous envoyer un émail à redac@­lyon­de­ci­deurs.com. Merci beau­coup !

Consent choices
Remonter