LE MENSUEL DES POUVOIRS LYONNAIS

Dominique Giraudier, figure du renouveau de l’Institut Paul Bocuse

Publié le 27 février 2020

Depuis son arrivée à la tête de l’Institut Paul Bocuse en 2015, Dominique Giraudier insuffle un nouveau dynamisme à la maison d’excellence hôtelière et culinaire d’Ecully. L’école qui fête son trentième anniversaire en 2020, poursuit sa mue et s’impose aujourd’hui comme une référence mondiale dans son domaine.

Dominique Giraudier (IPB) et Gino Andreetta (Club Med)

« C’est une journée importante, ce partenariat est hautement symbolique pour notre école. » Tout sourire aux côtés de Gino Andreetta, directeur général Europe-Afrique Resorts du Club Med, Dominique Giraudier ne boude pas son plaisir. Le directeur général de l’Institut Paul Bocuse a officialisé mardi, un partenariat inédit avec le leader mondial des vacances haut de gamme (1,268 milliard de chiffre d’affaires en 2018), dirigé depuis plus de vingt ans par Henri Giscard d’Estaing.

Ainsi, l’école basée à Ecully, référence mondiale de la formation en hôtellerie et art culinaire, proposera une nouvelle formation « Culinary Resort Management », en alternance avec les équipes du Club Med à partir de septembre prochain. 

Ce diplôme permettra aux étudiants d’intégrer les équipes du Club Med comme sous-chef à l’issue de la formation, et de pouvoir évoluer en moins de deux ans, au poste de Chef de Cuisine dans l’un des 70 Resorts du groupe autour du monde.

« Notre raison d’être, c’est de garantir l’employabilité de nos étudiants et la valorisation de leur diplôme, martèle Dominique Giraudier. Nous souhaitons que nos diplômés travaillent au bon endroit par rapport à leurs compétences. En s’associant avec le Club Med, on leur propose un accélérateur de positionnement au sein d’un leader mondial du resort. Une grande école ne peut pas se développer si elle reste trop éloignée des entreprises. »

Une étoile au Guide Michelin pour « Saisons »

Depuis son arrivée à la tête de l’IPB en septembre 2015, Dominique Giraudier met un point d’honneur à dynamiser l’école d’excellence hôtelière et culinaire, comme l’atteste ce partenariat école-entreprise unique signé avec le Club Med. Le « maître d’école », comme il aime se définir, a notamment oeuvré pour que les formatons Bac+3 et Bac+4 de l’Institut soient enfin reconnues par l’Etat (depuis septembre 2018). Il est allé dénicher le chef Davy Tissot, MOF 2004, pour lui confier la direction du restaurant d’application de l’Institut en 2016. Un choix qui s’avère aujourd’hui payant puisque « Saisons » est devenu en janvier dernier le premier établissement à vocation pédagogique en France à recevoir une étoile au Guide Michelin. Une belle reconnaissance pour le directeur de l’école d’excellence à la française.

« Aujourd’hui, je suis un maître d’école heureux. Je m’inscris dans le prolongement d’une trajectoire. Celle insufflée par Paul Bocuse et Gérard Pélisson qui sont l’ADN de cette école. Je ne fais que me reposer sur ce patrimoine dont je suis dépositaire pour le concrétiser au niveau mondial », avançait-il mardi, après avoir salué Yves-Marie Uhlrich, maire d’Ecully, de passage dans les couloirs du Château du Vivier.

L’Institut Paul Bocuse s’agrandit

Installé depuis 1990 autour de cette bâtisse, ancienne résidence d’été d’un soyeux Lyonnais construite en 1880, l’Institut Paul Bocuse a lancé en octobre dernier, sous la houlette de son directeur général, des vastes travaux pour agrandir son campus. L’école va annexer le château de la Roseraie, situé à quelques mètres de son siège historique dans le Parc du Vivier, pour doubler sa surface et sa capacité d’accueil.

« Les métiers auxquels nous nous consacrons sont en pleine croissance. Nous avons trois demandes pour une place. Avec ce nouveau site, nous allons accueillir 1000 étudiants supplémentaires. Un peu plus de 6000 m2 de locaux vont être dédiés à l’enseignement supérieur, particulièrement en management de l’hôtellerie et de la restauration. », détaillait à l’automne dernier Dominique Giraudier, fier de présenter ce nouveau projet à la presse aux côtés de Gérard Pélisson. Les travaux de ce projet à 25 millions d’euros devraient être finalisés en 2021, une belle nouvelle étape pour Dominique Giraudier et l’Institut Paul Bocuse.

Le Château de la Roseraie, intégré à l’Institut Paul Bocuse en 2021

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un émail à [email protected]. Merci beaucoup !

dans la même catégorie
Articles les plus lus
Consent choices