Boiron va suppri­mer 646 postes en France

C’est un plan social sans précé­dent que Boiron a présenté aujourd’­hui aux instances repré­sen­ta­tives du person­nel. Avec, à la clé, la suppres­sion de 646 postes liée à l’ar­rêt du site de produc­tion de Montri­chard (près de Tours) et la ferme­ture de 12 des 27 sites de prépa­ra­tion/distri­bu­tion du groupe (Avignon, Belfort, Brest, Grenoble, Limoges, Niort, Paris Bois d’Arcy, Paris Ivry, Pau, Rouen, Stras­bourg et Toulon). Dans les 15 unités conser­vées, un redi­men­sion­ne­ment des équipes est prévu. Une réor­ga­ni­sa­tion des équipes commer­ciales du leader mondial de l’ho­méo­pa­thie est égale­ment annon­cée.

Paral­lè­le­ment aux 646 suppres­sions de postes, 134 recru­te­ments sont prévus, soit une solde net qui se traduit par plus de 500 suppres­sions d’em­plois. La direc­tion entend “limi­ter l’im­pact social dans le respect de l’hé­ri­tage social qui est le nôtre”. Valé­rie Lorentz-Poin­sot, direc­trice géné­rale de Boiron depuis janvier 2019, a déclaré: “depuis toujours, nous sommes parti­cu­liè­re­ment atten­tifs au respect de chacun de nos colla­bo­ra­teurs. C’est avec beau­coup d’amer­tume que nous devons aujourd’­hui présen­ter un projet de réor­ga­ni­sa­tion sans précé­dent. Dans un contexte d’ac­ti­vité en forte baisse, nous devons réagir sans attendre et prendre des déci­sions, certes très diffi­ciles, mais qui seront à même d’as­su­rer la péren­nité de notre entre­prise”.

En panne de crois­sance avant le dérem­bour­se­ment

Boiron a enre­gis­tré une baisse de ses ventes de 7,8% en 2019 à 557 millions d’eu­ros. En France, où le leader de l’ho­méo­pa­thie réalise 100% de sa produc­tion et 56% de ses ventes, la baisse d’ac­ti­vité s’éta­blit même à 12,6%. L’en­tre­prise pointe du doigt des “attaques viru­lentes, injus­ti­fiées et réité­rées contre l’ho­méo­pa­thie qui pèsent lour­de­ment” sur l’ac­ti­vité de l’en­tre­prise dont les résul­tats reculent forte­ment. De fait, Boiron enre­gistre un tasse­ment d’ac­ti­vité et semble en panne de relais de crois­sance depuis plusieurs années, avant même la déci­sion du gouver­ne­ment de dérem­bour­ser l’ho­méo­pa­thie en deux temps: passage du rembour­se­ment par la Sécu­rité sociale de 30 à 15% au 1er janvier 2020 puis à 0% au 1er janvier 2021.

La mise en place du PSE (Plan de sauve­garde de l’em­ploi) devrait s’éche­lon­ner entre la fin 2020 et fin juin 2021. Les sites rhoda­niens du groupe sont rela­ti­ve­ment épar­gnés. Boiron a engagé des actions en justice, notam­ment devant le Conseil d’Etat, pour faire annu­ler la déci­sion du gouver­ne­ment sur le dérem­bour­se­ment de l’ho­méo­pa­thie. Le groupe lyon­nais précise d’ailleurs qu’il pour­sui­vra “avec déter­mi­na­tion toutes les démarches et actions pour obte­nir le main­tien du rembour­se­ment des médi­ca­ments homéo­pa­thiques”.