Entre­prise Côte : l’am­bi­tion retrou­vée de Jacques Prezioso

Le groupe spécialisé dans les solutions d'installations électriques s'offre un nouveau départ avec la sortie d'un plan de sauvegarde engagé en 2011. Son dirigeant affiche désormais d'importantes perspectives de croissance.

C’est une petite musique qui revient régu­liè­re­ment aux oreilles de Jacques Prezioso : d’après les bruits lyon­nais, l’Entre­prise Côte (29 millions d’eu­ros de chiffre d’af­faires, 240 sala­riés) serait à vendre. «  Il ne faut même pas y penser, c’est tota­le­ment exclu. Je n’ai pas l’in­ten­tion de vendre main­te­nant que l’en­tre­prise est sortie du purga­toire  », affirme le diri­geant et prin­ci­pal action­naire du groupe spécia­lisé dans les solu­tions d’ins­tal­la­tions élec­triques pour l’in­dus­trie, les immeubles de bureaux et le secteur de l’éner­gie (centrales nucléaires et hydrau­liques).

L’Entre­prise Côte sort, en effet, d’une longue période de turbu­lences. Frap­pée de plein fouet par la crise de 2008, elle a été placé en sauve­garde en 2011 par le tribu­nal de commerce, avec un rembour­se­ment des créances étalé sur dix ans. Un plan de sauve­garde dont Côte est sorti en début d’an­née par anti­ci­pa­tion, «  avec deux ans d’avance  », grâce à des bons résul­tats 2018 et 2019. « La sauve­garde a donné une bouf­fée d’oxy­gène lorsque la société était malade. Mais nous avons ensuite traîné cette procé­dure pendant des années comme un boulet auprès des banques et des four­nis­seurs. Le brouillard est désor­mais tota­le­ment dissipé », se féli­cite Jacques Prezioso.

Des marchés en déve­lop­pe­ment

Fort de cette visi­bi­lité retrou­vée, Jacques Prezioso annonce des ambi­tions à la hausse. «  L’objec­tif est de dépas­ser la barre des 50 millions d’eu­ros de chiffre d’af­faires d’ici à 5 ans, ce qui veut dire la créa­tion de 150 emplois. Nos marchés sont en plein déve­lop­pe­ment, il serait dommage de rester à quai et de rester regar­der le train partir. D’au­tant que l’en­tre­prise a un bon savoir-faire et une bonne image. Nous avons tous les éléments en main pour réus­sir  »

Histo­rique­ment très implan­tée dans la région lyon­naise où elle réalise plus de la moitié de son acti­vité et affiche des réali­sa­tions emblé­ma­tiques (Grand Hôtel-Dieu, tour Incity, siège de LDLC…), l’Entre­prise Côte entend renfor­cer sa présence sur le marché français, notam­ment par des rachats de concur­rents pour s’im­plan­ter dans de nouvelles régions. «  Nous avons plusieurs dossiers à l’étude qui pour­raient débou­cher sur une signa­ture d’ici à la fin du premier semestre  », avance le diri­geant.