Mini World et Richard Richarté s’at­taquent à la Côte d’Azur

Installée depuis quatre ans au Carré de Soie, la société Mini World, fondée par Richard Richarté, ouvrira en octobre prochain son deuxième centre en France à la Valette-du-Var, près de Toulon, pour une reproduction miniature des plus beaux lieux de la Côte d’Azur.

Le concept Mini World imaginé par Richard Richarté et Romain Granier s’ex­porte hors de la région lyon­naise. Quatre après l’inau­gu­ra­tion de son premier parc au Carré de Soie, la société experte de la repro­duc­tion minia­ture animée ouvrira son deuxième centre à côté de Toulon, dans le Var, en octobre 2020.

Les visi­teurs pour­ront ainsi décou­vrir sur un espace de 2000 m² une « repro­duc­tion fidèle des hauts lieux de la Côte d’Azur de Marseille jusqu’à Nice, avec le Vieux-Port, les Calanques, la Prome­nade des Anglais, le massif de l’Es­te­rel, Saint-Tropez ou la rade de Toulon  », détaille Steven Vasse­lin, direc­teur marke­ting chez Mini World

Mobi­li­sées depuis février 2019 sur ce projet d’en­ver­gure (70 000 heures de travail pour les 15 construc­teurs dans les ateliers du groupe au Carré de Soie), les équipes de Mini World ont notam­ment mis l’ac­cent sur la dimen­sion mari­time de ce nouveau concept. « On a beau­coup travaillé sur la repro­duc­tion de l’eau, des bateaux, des dauphins avec des écrans animés pour fasci­ner les visi­teurs. On a voulu pous­ser encore un cran au-dessus la magie et la féérie dans ce nouveau parc  », pour­suit Steven Vasse­lin

Objec­tif 150 000 visi­teurs

Devenu au fil des années un lieu incon­tour­nable et emblé­ma­tique du pôle de loisirs et commerces du Carré de Soie à Vaulx-en-Velin, le parc Mini World Lyon a séduit depuis son ouver­ture, plus de 650 000 visi­teurs à venir décou­vrir ses repro­duc­tions éton­nantes du centre-ville de Lyon. Les diri­geants du groupe tablent sur le même effet d’at­trac­ti­vité auprès des habi­tants et touristes dans le Var. « On espère atti­rer 150 000 visi­teurs sur notre première année d’ex­ploi­ta­tion dans ce nouveau centre et s’ins­crire comme un lieu de loisirs à part entière dans la région », avance Steven Vasse­lin. L’ins­tal­la­tion de Mini World dans ce pôle de loisirs et commences à la Valette-du-Var est finan­cée par le bailleur du groupe Alta­rea Coge­dim. Si le montant total des inves­tis­se­ments n’est pas commu­niqué, il est estimé à plus de 2 millions d’eu­ros. 

Le groupe Mini World entend désor­mais décli­ner son concept dans d’autres villes en France. « L’objec­tif à terme, c’est d’ou­vrir un troi­sième parc. Avec trois parcs, nos ateliers de construc­tion au Carré de Soie seraient entiè­re­ment auto­nomes. Ils sont en capa­cité de produire un nouveau monde par an, ce qui voudrait dire qu’on aurait un nouveau monde tous les trois ans dans chaque parc », explique le direc­teur marke­ting du groupe. Si une implan­ta­tion en région pari­sienne deman­de­rait des inves­tis­se­ments trop consé­quents pour le groupe dans une zone marquée par une très large offre de loisirs, les équipes de Mini World ciblent des grandes villes de régions « comme Lille ou Stras­bourg où la concur­rence est moins dense », dixit Steven Vasse­lin. Alors quelle ville sera la prochaine à se faire rétré­cir par les équipes de Richard Richarté ? Les paris sont ouverts.

Photo Susie Waroude