Plan d’éco­no­mie de 40 millions d’eu­ros : GL annule son divi­dende

© Olivier Chassignole

En pleine crise des gilets jaunes, en décembre 2018, Olivier Ginon avait annulé du jour au lende­main les deux soirées -pari­sienne et lyon­naise- prévues pour fêter les 40 ans de GL Events. Il ne se voyait pas fêter cet anni­ver­saire au milieu d’une crise sociale. Fin de semaine dernière, le conseil d’ad­mi­nis­tra­tion du groupe lyon­nais réuni pour faire le point sur la situa­tion du groupe face à la pandé­mie du Covid-19, a tout simple­ment décidé d’an­nu­ler la distri­bu­tion du divi­dende au titre de l’exer­cice 2019, initia­le­ment prévue à 0,72 euro par action. Grâce à quoi, GL va « conser­ver plus de 30 millions d’eu­ros de liqui­di­tés ». Une déci­sion que le groupe justi­fie par le fait qu’il met en œuvre « de l’ac­ti­vité partielle et solli­cite des mesures de soutien par les diffé­rentes insti­tu­tions ». Olivier Ginon ne manque pas, non plus, de « remer­cier tous les colla­bo­ra­teurs de leur enga­ge­ment au quoti­dien et de leur atti­tude exem­plaire et soli­daire dans cette période complexe ».

30 millions d’in­ves­tis­se­ment en moins

Par ailleurs, le groupe d’Olivier Ginon, confronté à une baisse signi­fi­ca­tive d’ac­ti­vité, met en place un plan d’éco­no­mie dras­tique de 40 millions d’eu­ros « afin de concen­trer l’uti­li­sa­tion de la tréso­re­rie sur les besoins stra­té­giques du groupe tout en main­te­nant une orga­ni­sa­tion adap­tée en prévi­sion du redé­mar­rage de l’ac­ti­vité ». Autre déci­sion, le plan d’in­ves­tis­se­ment de l’en­tre­prise pour l’an­née en cours est forte­ment revu à la baisse, de l’ordre de 30 millions d’eu­ros, avec une enve­loppe qui « devrait se limi­ter à 25/30 millions d’eu­ros ».

Il faut dire que GL Events a été touché de plein fouet par la pandé­mie du Covid-19 depuis janvier. En Chine, tout d’abord pendant deux mois, avec 500 colla­bo­ra­teurs confi­nés puis sur tous les conti­nents ensuite. Les sites du groupe (à l’ex­cep­tion d’un parc des expo­si­tions au Japon) sont en sommeil. Les acti­vi­tés de pres­ta­tions sont aujourd’­hui quasi inter­rom­pues, sauf à Dubaï et en Chine. Tous les salons orga­ni­sés par GL Events sont repor­tés au 2e trimestre et au second semestre. Le groupe « étudie, pays par pays, les mesures d’ac­com­pa­gne­ment mises en place par les gouver­ne­ments dont le recours à l’ac­ti­vité partielle ». En France, 2 240 sala­riés sont arrê­tés et 550 sont en télé­tra­vail. Autant dire que l’ac­ti­vité du groupe aura été « forte­ment impac­tée au 1er trimestre 2020 ». Le géant mondial de l’évé­ne­men­tiel indique toute­fois « ne pas être en mesure, actuel­le­ment, d’es­ti­mer l’im­pact global sur les comptes 2020  ». 

20 000 masques pour Lyon

Soucieux d’af­fi­cher sa soli­da­rité avec les pays et les popu­la­tions touchés par le virus, GL Events a envoyé des masques de protec­tion en Chine en janvier et a mis, ce mois-ci, un stock de 20 000 masques à la dispo­si­tion des hôpi­taux et des cliniques de la ville de Lyon. Il a aussi « fourni des struc­tures tempo­raires d’ur­gence pour faire face au besoin crois­sant de lits dans les régions françaises les plus touchées -Grand Est, Ile-de-France- et les desti­na­tions inter­na­tio­nales forte­ment impac­tées ».