Laurent Abit­bol :
l’im­pe­ra­tor du voyage

Le numéro un du voyage en France est un patron couche-tôt et discret. En vingt ans à la tête du groupe Marietton, cet ancien CRS, fan d’Enrico Macias, a transformé la modeste affaire familiale en véritable mastodonte du tourisme. Accro au travail, Laurent Abitbol est à la fois admiré et jalousé. Et unanimement reconnu pour sons sens « naturel » des affaires.

Ce 17 janvier au matin, Laurent Abitbol est un homme en colère. « Comment ont-ils osé ? », tempête-t-il devant son café pris chez Jocteur, au cœur des Halles Paul Bocuse. Et de trancher : « C’est décidé, je n’achèterai plus un seul pneu Michelin ! Terminé ! C’est une honte ! » L’objet de ce courroux matinal : l’annonce, quelques heures plus tôt, du déclassement du restaurant Bocuse de trois à deux macarons. Une décision qui le touche au cœur : l’Auberge de Collonges fait office de cantine pour Laurent Abitbol. C’est notamment à cette table qu’il prend toutes les décisions importantes concerna

Cet article est réservé aux abonnés
Pour lire l'article
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Identifiez-vous