Le déci­deur du mois : Luc Jacquet (Boos­theat)
Avec conscience écolo­gique

La chaudière la plus écologique du marché est fabriquée à Vénissieux. Cofondateur de Boostheat, Luc Jacquet explique comment ce projet a vu le jour, en même temps que sa prise de conscience de la nécessité de la transition écologique.

C’est l’his­toire d’un Belge, Luc Jacquet, ingé­nieur télé­com diplômé de l’uni­ver­sité de Louvain-la-Neuve, qui a créé « en 1989, avec un pote ingé­nieur, Jean-Marc Joffroy, une première entre­prise dans les centres d’ap­pel, Dialog Systems » avant de la revendre et de se retrou­ver dans le giron d’EADS dans le sud de la France. Consul­tant marke­ting, il se prend de passion pour les arbres frui­tiers, les oliviers et les abeilles. « J’avais un grand mas dans le Midi et besoin de me recon­nec­ter aux réali­tés, d’être proche de la nature », avoue Luc Jacquet

En même temps que gran­dit sa « conscience écolo­gique », Jean-Marc Joffroy avec qui il est resté en contact, le tient au courant du fruit de ses recherches. Il a mis au point une sacrée inno­va­tion autour d’une chau­dière à gaz complé­tée d’une pompe à chaleur avec un compres­seur ther­mique. Bref, la chau­dière de la tran­si­tion éner­gé­tique qui permet de réduire forte­ment la consom­ma­tion d’éner­gie, sans rejet de CO2. Avec, à la clé, sept familles de brevets. Le binôme Jean-Marc JoffroyLuc Jacquet se recons­ti­tue pour une nouvelle aven­ture entre­pre­neu­riale. Charge à Luc Jacquet d’al­ler convaincre des inves­tis­seurs pour que le projet dispose des moyens finan­ciers de son déve­lop­pe­ment. Boos­theat voit le jour en 2011 avec un siège à Nîmes et une équipe de R&D à Toulouse.

Pers­pec­tives promet­teuses 

Quand la phase indus­trielle arrive, le projet Boos­theat atter­rit à Vénis­sieux sur l’an­cien site Bosch, alors en phase de revi­ta­li­sa­tion. Inau­gu­rée fin novembre 2018, l’unité vénis­siane avait un objec­tif de 200 chau­dières comman­dées à fin 2019. Chiffre presque multi­plié par deux, au final : 381. Entre temps, pour pour­suivre son déploie­ment, Boos­theat (97 sala­riés) a fait le choix de s’in­tro­duire en bourse en octobre dernier, levant au passage près de 37 millions d’eu­ros. 

« Pour se faire une place sur un marché dominé par de grands inter­ve­nants, il faut propo­ser une offre avec une vraie rupture tech­no­lo­gique, explique Luc Jacquet. Notre chau­dière est celle qui consomme le moins d’éner­gie et qui est la plus propre en termes d’éner­gie fossile. » Objec­tif pour Boos­theat : passer à 4 500 ventes en 2022, le seuil de la renta­bi­lité. Pour confor­ter sa stra­té­gie, l’en­tre­prise a signé des parte­na­riats avec GRDF et Buta­gaz. Si l’offre est essen­tiel­le­ment tour­née vers les parti­cu­liers, Boos­theat s’in­té­resse aussi aux collec­ti­vi­tés. Et les pers­pec­tives en Alle­magne, avec déjà une antenne à Nurem­berg, sont promet­teuses.

BIO EXPRESS

1964 : Nais­sance à Char­le­roi (Belgique)

1989 : Créa­tion de Dialog Systems

2011 : Créa­tion de Boos­theat

Novembre 2018 : Inau­gu­ra­tion du site de Vénis­sieux

Octobre 2019 : Intro­duc­tion en bourse