Leper­mis­libre : une nouvelle stra­té­gie numé­rique pendant le confi­ne­ment

La start-up lyonnaise Lepermislibre, auto-école en ligne, profite du confinement pour mettre en place de nouveaux outils pour accompagner les candidats dans leurs révisions du code de la route, et séduit de nombreux nouveaux adeptes.

L’an­nonce est tombée le 15 mars dernier, sur ordre du gouver­ne­ment. En raison de la propa­ga­tion de l’épi­dé­mie de coro­na­vi­rus en France, l’en­semble des leçons de conduite, examens théo­riques et pratiques prévus sont annu­lés, avec effet immé­diat. Touchées de plein fouet par cette mesure préven­tive, les auto-écoles sont désor­mais dans l’obli­ga­tion de revoir leur stra­té­gie pendant cette période de confi­ne­ment, à l’image de la société lyon­naise Leper­mis­libre, première auto-école en ligne ayant reçu l’agré­ment en décembre 2014. « À partir de ce moment-là, on a choisi de recen­trer nos équipes sur les inscrip­tions et l’ap­pren­tis­sage du code de la route, la base du permis de conduire. », explique Romain Durand, co-fonda­teur de l’en­tre­prise avec Lucas Tour­nel

De nouveaux outils en ligne

La start-up, fragi­li­sée par les arrêts des acti­vi­tés de conduite, profite de cette période de confi­ne­ment pour atti­rer de nouveaux candi­dats à l’exa­men. « On a doublé notre nombre d’ins­crip­tions depuis la mise en place du confi­ne­ment. Les gens restent chez eux et bon nombre d’entre eux en profitent pour révi­ser le code de la route. Ça nous permet de rentrer un peu de chiffre d’af­faires et surtout de prépa­rer la reprise avec plus de candi­dats », déve­loppe le co-fonda­teur de la société. De quoi pous­ser l’en­tre­prise lyon­naise, sur-solli­ci­tée pendant cette période parti­cu­lière, à mobi­li­ser ses effec­tifs et pour­suivre son acti­vité avec la mise en place de nouveaux outils desti­nés aux candi­dats.

« On a créé une salle virtuelle de code avec 40 ques­tions et des cours en live donnés par une moni­trice en live. On a commencé par faire un live par semaine, on en fait désor­mais trois par jour. Les résul­tats sont très bons, les lives sont suivis par 300 personnes en simul­tané, ça nous montre que les gens bossent de plus en plus » se féli­cite Romain Durand. Outre ces séances vidéos en direct, les équipes de Leper­mis­libre ont mis en place un système de coaching, avec un accom­pa­gne­ment person­na­lisé des candi­dats et partagent sur Youtube, des vidéos théma­tiques de forma­tion « qui cartonnent, avec un nombre de vues qui explose ces derniers jours », pour­suit l’en­tre­pre­neur.

>>>À lire aussi : Le Zola, Ciné Mour­guet, les ciné­mas lyon­nais face au confi­ne­ment

« Repar­tir de plus belle »

Les diri­geants de l’en­tre­prise, basée à Vaise, tentent ainsi d’op­ti­mi­ser au maxi­mum cette période déli­cate. « On profite du confi­ne­ment pour appro­fon­dir tous les projets sur lesquels on n’avait pas forcé­ment le temps de travailler au quoti­dien. On lance des choses, on en corrige certaines, on en améliore d’autres. Ça nous permet­tra de monter en régime lors de la reprise d’ac­ti­vité normale », certi­fie Romain Durand

Le co-fonda­teur de la start-up s’at­tend à un été parti­cu­liè­re­ment chargé en cas de décon­fi­ne­ment en mai ou juin : « Tous nos plan­nings sont repor­tés. On essaie de répondre au maxi­mum aux inter­ro­ga­tions de nos élèves et de nos ensei­gnants. Nos 200 ensei­gnants sont tous indé­pen­dants, donc ils ne gagnent pas d’argent tant qu’ils ne font pas de leçons de conduite. On les informe sur les mesures à entre­prendre pour qu’ils récu­pèrent un peu d’argent et notam­ment cette aide de 1500 euros accor­dée par l’Etat aux indé­pen­dants. Ils travaille­ront d’au­tant plus à la reprise lors des deux trois premiers mois pour rattra­per ce manque à gagner. Lorsque la reprise advien­dra, on sera prêts du jour au lende­main à remettre tout le monde au boulot à fond et à repar­tir de plus belle ! »