Ludo­care : des robots connec­tés pour aider les enfants atteints de muco­vis­ci­dose

Alors que la situa­tion de crise sani­taire actuelle contraint la prise en charge médi­cale des personnes souf­frant de mala­die chro­nique, la start-up lyon­naise Ludo­care, spécia­li­sée dans l’ac­com­pa­gne­ment des personnes souf­frantes de patho­lo­gies respi­ra­toires sévères (muco­vis­ci­dose, asthme,…) dans la gestion quoti­dienne de leur trai­te­ment, se mobi­lise. L’en­tre­prise, qui commer­cia­lise des compa­gnons médi­caux connec­tés, s’est adap­tée, en déve­lop­pant de nouveaux modules inté­grés à ses robots, pour répondre aux nouveaux besoins des familles dans la situa­tion de confi­ne­ment actuelle. 

Exer­cices de kiné­si­thé­ra­pie respi­ra­toire

« Avec le confi­ne­ment, les familles font face à de nouvelles inquié­tudes. Au delà d’une prise médi­ca­men­teuse extrê­me­ment lourde et régu­lière, les jeunes patients doivent égale­ment faire des exer­cices de kiné respi­ra­toire, dispen­sés habi­tuel­le­ment par des kiné­si­thé­ra­peutes, avance Alexan­dra de la Fontaine, pdg de Ludo­care. Mais comme nos patients sont contraints de rester à leur domi­cile, d’au­tant que ce sont des popu­la­tions plus fragiles que les autres puisqu’ils sont déjà atteints de patho­lo­gies respi­ra­toires sévères, ils n’ont donc plus systé­ma­tique­ment accès à leurs séances de kiné­si­thé­ra­pie respi­ra­toire.  »

La start-up fondée en 2017, a élargi son champ d’ap­pli­ca­tion en déve­lop­pant, en étroite colla­bo­ra­tion avec des asso­cia­tions de kinés, des modules spéci­fiques de soins, inté­grés aux robots connec­tés de Ludo­care, initia­le­ment commer­cia­li­sés pour faci­li­ter la prise en charge médi­ca­men­teuse au quoti­dien. « On donne les instruc­tions aux patients, via le robot qui diffuse une vidéo enre­gis­trée par un kiné, qu’on combine avec des anima­tions graphiques et des dessins animés pour faci­li­ter la compré­hen­sion et faire en sorte de trou­ver la bonne posture pour chacun des exer­cices. Ce sont donc des modules addi­tion­nels, que les parents peuvent faci­le­ment para­mé­trer pour les horaires des exer­cices de kiné respi­ra­toire », détaille Alexan­dra de la Fontaine

Gain en auto­no­mie

Les compa­gnons connec­tés, commer­cia­li­sés par Ludo­care depuis septembre 2019, via un système d’abon­ne­ment, au prix de 34,90 euros par mois sans enga­ge­ment, ou 29,90 euros par mois pour en enga­ge­ment sur douze mois, sont aujourd’­hui utili­sés dans plus d’une centaine de foyers. Et les retours sont extrê­me­ment posi­tifs.

« La prise médi­ca­men­teuse quoti­dienne génère souvent des conflits entre les parents et les enfants, qui rechignent souvent à prendre leur trai­te­ment. Donc on reçoit beau­coup de messages de parents qui nous disent qu’ils sont soula­gés de ne plus avoir à répé­ter plusieurs fois les mêmes consignes. C’est le robot qui s’en charge, qui sonne et donne les indi­ca­tions à suivre. Ils notent ainsi une nette réduc­tion du stress et des conflits au sein de la maison, indique la diri­geante de Ludo­care. Nos compa­gnons connec­tés permettent aussi aux enfants d’être de plus en plus auto­nomes. Le robot guide pas à pas et indique chacun des gestes à faire pour les médi­ca­ments à prendre, de façon simple et détaillée. »