Mala­die de Parkin­son : Thera­nexus fran­chit une « étape cruciale »

La biotech lyon­naise Thera­nexus annonce des résul­tats posi­tifs pour l’étude de phase 2 de son candi­dat-médi­ca­ment contre la somno­lence exces­sive, un symp­tôme qui touche envi­ron 40% des patients atteints de la mala­die de Parkin­son. L’étude a été menée auprès de 75 patients en Europe et aux États-Unis, et il s’agit « du seul trai­te­ment ayant démon­tré son effi­ca­cité dans cette indi­ca­tion qui affecte envi­ron 2 millions de patients sur les prin­ci­paux marchés  » indique le groupe.

« Nous venons de fran­chir une étape cruciale dans le déve­lop­pe­ment de notre candi­dat-médi­ca­ment le plus avancé. L’objec­tif est main­te­nant de s’as­so­cier à un parte­naire indus­triel pour la pour­suite du déve­lop­pe­ment de THN102 », indique, dans un commu­niqué, Franck Mouthon, le Président-Direc­teur Géné­ral de Thera­nexus.

Une annonce qui a fait explo­ser de plus de 450 %, à 13,70 euros, le cours de bourse de la société instal­lée dans le 8e arron­dis­se­ment.