Michel Vieira place MDA en sauve­garde

Dans une situation financière compliquée, le groupe d'électroménager discount vient d'être placé en procédure de sauvegarde par le tribunal de commerce de Lyon à la demande de son dirigeant, Michel Vieira.

Le tribu­nal de commerce de Lyon a prononcé, jeudi 2 avril, le place­ment en sauve­garde du groupe lyon­nais d’élec­tro­mé­na­ger discount MDA, qui compte plus de 200 boutiques en France. Le diri­geant Michel Vieira (1) a alerté le tribu­nal, dès le 31 mars par cour­rier, que son groupe « ne pour­rait pas faire face au paie­ment de ses échéances bancaires  ». Des diffi­cul­tés finan­cières inter­ve­nues « avant le crise sani­taire » selon le juge­ment du tribu­nal, auxquelles s’ajoutent la ferme­ture actuelle des boutiques, et une guerre des prix annon­cées dès la fin du décon­fi­ne­ment qui aura un «  impact direct  » sur la marge commer­ciale. « La baisse du chiffre d’af­faires aggra­vée de la baisse de la marge ne pourra qu’ac­cen­tuer la fragi­lité du groupe, la mise en sauve­garde pour le préser­ver est primor­dial pour sa survie et éviter des licen­cie­ments massifs », pour­suit le juge­ment.

Plusieurs socié­tés sous la protec­tion du tribu­nal

Outre le réseau de maga­sins MDA, plusieurs autres enti­tés de l’em­pire de Michel Vieira, composé au total de plus de 1000 boutiques, sont placées sous la protec­tion du tribu­nal, dont le gros­siste en Gpdis (800 colla­bo­ra­teurs) acquis fin 2017 ou encore l’en­seigne de photo­gra­phie Phox (120 boutiques en France). Alors que la procé­dure implique plusieurs centaines d’em­plois dans de multiples implan­ta­tions, le tribu­nal a notam­ment dési­gné l’ad­mi­nis­tra­trice judi­ciaire pari­sienne Hélène Bour­bou­loux, une spécia­liste des « gros » dossiers (Euro­paCorp, Petro­plus, FagorB­randt…).

(1) Contacté, Michel Vieira n’a pas répondu à nos solli­ci­ta­tions