Thierry Gardon : « Ce n’est pas le besoin de recon­nais­sance qui est à l’ori­gine de ma candi­da­ture »

Retrouvez l'intégralité du Grand Entretien de Lyon Décideurs, avec Thierry Gardon, président du tribunal de commerce de Lyon.
Photo : Marie-Eve Brouet

Thierry Gardon dénote. Installé depuis fin janvier à la prési­dence du tribu­nal de commerce de Lyon, l’an­cien diri­geant d’en­tre­prise apporte un nouveau souffle avec un discours cash. Notam­ment lorsqu’il s’agit de répondre aux critiques adres­sées à l’ins­ti­tu­tion qu’il repré­sente et aux affaires qui entachent son image.

« J’étais un chef d’en­tre­prise angoissé »

Si cet enfant d’une famille modeste consi­dère l’en­tre­prise comme son « ascen­seur social », Thierry Gardon s’es­ti­me­rait presque soulagé depuis la revente, l’été dernier, de son entre­prise de loca­tion de trou­peaux de vaches laitières. « Je suis d’une nature inquiète. Et quand on est chef d’en­tre­prise, on a toujours une raison d’être angoissé  », estime celui qui est toujours président d’un holding fami­lial de parti­ci­pa­tions dans divers secteurs (textile, agri­cul­ture, conseil, commerce). Et qui s’épa­nouit dans son nouveau rôle de président du tribu­nal de commerce : « C’est passion­nant d’ai­der d’autres chefs d’en­tre­prise à trou­ver des solu­tions. »

BIO EXPRESS

4 octobre 1962 : Nais­sance à Saint-Chamond (Loire)

2010 : Devient juge au tribu­nal de commerce de Lyon

2015–2019 : Diri­geant du groupe Élevage et Patri­moine

24 janvier 2020 : Élu président du tribu­nal de commerce de Lyon

Photo : Marie-Eve Brouet
Remonter