Chris­tian Viguié (Delta Drone), la confiance retrou­vée

Le dirigeant de Delta Drone vient de lancer une solution innovante pour réaliser les inventaires d’entrepôts à l’aide d’un drone. Une nouveauté sur laquelle Christian Viguié mise pour inscrire la société, qui a connu des moments difficiles, comme un acteur de référence au niveau mondial.

Chris­tian Viguié espère frap­per un grand coup. Au terme de plus de trois années de R&D, le groupe Delta Drone, spécia­lisé dans l’uti­li­sa­tion de drones civils à usage profes­sion­nel, a annoncé, mi-avril, le lance­ment d’une solu­tion d’in­ven­taire des entre­pôts et de gestion des stocks co-construite avec le géant de la logis­tique Geodis. L’in­no­va­tion, qui se veut révo­lu­tion­naire, repose sur un robot auto­nome, un mât de dix mètres équipé de 16 camé­ras haute réso­lu­tion pour photo­gra­phier les codes-barres, et un drone pour assu­rer la stabi­lité et donc la qualité des images collec­tées. Plusieurs entre­pôts de Geodis doivent être équi­pés d’ici à la fin de l’an­née, avant d’in­ten­si­fier la commer­cia­li­sa­tion de la solu­tion en 2021. 

« En termes de perfor­mance, les premières missions réali­sées en situa­tion réelle dans un entre­pôt de 10 000 m2 permettent d’es­ti­mer le temps d’in­ven­taire à moins de trois heures au lieu d’une à deux jour­nées aupa­ra­vant », annonce Chris­tian Viguié, le P.-D.G. du groupe de 160 colla­bo­ra­teurs installé à Dardilly, qui a égale­ment bouclé, fin mars, l’ar­ri­vée d’un nouvel action­naire de réfé­rence, le fonds d’in­ves­tis­se­ment Ott Ventures, désor­mais déten­teur de 26 % du capi­tal. « Je suis encore plus confiant qu’hier sur l’am­pleur du déve­lop­pe­ment de Delta Drone », commente Chris­tian Viguié, alors que la PME cotée sur le marché Euro­next Growth enre­gistre une crois­sance express avec un chiffre d’af­faires qui a bondi de 1,3 à 20 millions d’eu­ros au cours des trois dernières années.

Logique de droni­fi­ca­tion 

Une progres­sion notam­ment réali­sée grâce à l’ac­qui­si­tion, l’été dernier, du groupe de sécu­rité privé ATM dont le porte­feuille-clients est majo­ri­tai­re­ment composé d’in­dus­triels. L’idée de ce mariage : propo­ser une offre complète avec l’uti­li­sa­tion de drones de surveillance en complé­ment des moyens humains « tradi­tion­nels » assu­rés par les équipes d’ATM. « Cette acqui­si­tion s’ins­crit dans la logique de droni­fi­ca­tion des métiers de la sécu­rité des biens et des personnes. Il n’existe pas, à ce jour, d’ac­teurs crédibles dans le domaine de la sécu­rité par drone, ce qui repré­sente une oppor­tu­nité majeure pour Delta Drone d’oc­cu­per une posi­tion de premier plan au niveau mondial », avance Chris­tian Viguié.

Et l’on peut, pour Delta Drone, parler d’am­bi­tion retrou­vée après avoir connu des heures compliquées. « Pour utili­ser une allé­go­rie, Delta Drone a été, par le passé, un enfant malade qui a failli mourir. C’est aujourd’­hui un adoles­cent gaillard et solide », rapporte Chris­tian Viguié. Inves­tis­seur auprès des trois fonda­teurs dès la créa­tion de la société en 2011, l’an­cien analyste finan­cier a pris les manettes en 2014 après une réor­ga­ni­sa­tion de la gouver­nance. Sans avoir prévu, au départ, d’in­ter­ve­nir dans l’opé­ra­tion­nel. Après une restruc­tu­ra­tion interne et l’ar­rêt d’an­ciennes acti­vi­tés très concur­ren­tielles, le diri­geant concentre désor­mais l’ac­ti­vité de Delta Drone sur quelques marchés stra­té­giques : sûreté et sécu­rité, événe­men­tiel, réali­sa­tion d’in­ven­taires et gestion des sites miniers. Avec un objec­tif à fin 2021 présenté aux action­naires qui se veut ambi­tieux, entre un chiffre d’af­faires visé de l’ordre de 30 millions d’eu­ros (dont 30 % à l’in­ter­na­tio­nal) et une marge d’ex­ploi­ta­tion de 10 millions d’eu­ros.

BIO EXPRESS

1958 : Nais­sance à Castres.

2011 : Créa­tion de Delta Drone. Il est alors inves­tis­seur aux côtés des cofon­da­teurs.

2014 : Il devient  P.-D.G. de Delta Drone.

2020 : Lance­ment d’une solu­tion pour réali­ser les inven­taires d’en­tre­pôts.

Consent choices
Remonter