L’am­bi­tieux plan de relance écono­mique de Laurent Wauquiez face à la crise

Pour soutenir l’économie régionale face aux risques liés à la crise du Covid-19, Laurent Wauquiez dévoile ce jeudi, un plan de relance à hauteur d’un milliard d’euros.

« Nous avons mis un point d’hon­neur à proté­ger notre popu­la­tion dans le cadre de la crise sani­taire. Main­te­nant, notre obses­sion est de défendre nos emplois et notre écono­mie régio­nale alors qu’un choc de crois­sance est attendu. » En première ligne ces dernières semaines pour assu­rer la distri­bu­tion des 9 millions de masques comman­dés par la Région, Laurent Wauquiez a présenté ce jeudi son plan de relance pour « proté­ger et défendre le tissu écono­mique » d’Auvergne-Rhône-Alpes.

Celui-ci, doté d’un milliard d’eu­ros, devrait géné­rer un effet levier évalué entre 3 et 4 milliards d’eu­ros dans les deux ans, pour soute­nir acti­ve­ment l’éco­no­mie régio­nale et accom­pa­gner la trans­for­ma­tion des entre­prises, dans la pers­pec­tive de « sécu­ri­ser et/ou créer 50 000 à 100 emplois dans notre région », indique Laurent Wauquiez

Relance des inves­tis­se­ments et « préfé­rence régio­nale »

Ce plan de relance « inédit » s’ar­ti­cule autour de quatre axes prio­ri­taires. La Région entend mener, en premier lieu, un plan d’in­ves­tis­se­ment de relance immé­diat. « Nous comp­tons inves­tir massi­ve­ment et rapi­de­ment pour sortir les projets des collec­ti­vi­tés le plus vite possible et aider ainsi le secteur du BTP », détaille le président de la région. Il s’agira ainsi de relan­cer « au plus vite » les chan­tiers sur des projets mûrs à travers les Contrats Plan Etat-Région, dès le mois de juin (budget à 100 millions d’eu­ros pour un effet levier de 300 millions d’eu­ros). 

En paral­lèle, avec la mise en place d’un « Bonus Relance » (pour un budget de 250 millions d’eu­ros), la Région vise à stimu­ler la commande publique locale, notam­ment pour le secteur du BTP, sur des projets menés avant la fin de l’an­née 2020. Enfin, la Région, en parte­na­riat avec les collec­ti­vi­tés locales, injec­tera 220 millions d’eu­ros pour aider les communes à lancer des projets pour l’an­née 2021.

>>>À lire aussi : Aux masques citoyens ! La Région en commande 9 millions

Très atta­ché à cette doctrine, Laurent Wauquiez compte dans un second temps « relan­cer la préfé­rence régio­nale » pour « favo­ri­ser en perma­nence nos entre­prises régio­nales pour préser­ver la compé­ti­ti­vité de notre région ». 80 millions d’eu­ros d’aides seront injec­tés par la Région pour soute­nir l’éco­no­mie de proxi­mité, les commerçants, arti­sans, l’hô­tel­le­rie-restau­ra­tion et autres secteurs d’ac­ti­vité. 

Dans ce sens, le président Wauquiez appelle à « faire travailler ensemble l’éco­sys­tème indus­triel de notre région » en favo­ri­sant notam­ment les commandes auprès des entre­prises régio­nales ou via la créa­tion d’un market place par l’agence Auvergne-Rhône-Alpes Entre­prises, pour « mettre en rela­tion les sous-trai­tants régio­naux avec les donneurs d’ordre ». Toujours sur cet axe de « préfé­rence régio­nale », la Région s’en­gage à hauteur de 10 millions d’eu­ros dans le domaine du tourisme pour « faire d’Au­vergne-Rhône-Alpes la desti­na­tion vacances » et inci­ter les habi­tants de la région à passer leurs vacances sur le terri­toire régio­nal.

Attrac­ti­vité et « monde de demain »

Le troi­sième volet de ce plan de relance vise à « sauver et déve­lop­per les emplois en Auvergne-Rhône-Alpes ». La Région compte accom­pa­gner les entre­prises qui ont produit du maté­riel de protec­tion dans la crise, avec l’objec­tif de deve­nir, à terme, la « première Région d’Eu­rope pour la produc­tion de maté­riels de produc­tion ». Un effort à hauteur de 100 millions d’eu­ros sera consenti pour « confor­ter l’éco­sys­tème de nos entre­prises de santé et phar­ma­ceu­tique, en mobi­li­sant les programmes de recherche pour accom­pa­gner ces acteurs et garan­tir que ces indus­tries haute­ment stra­té­giques restent sur le terri­toire régio­nal ». Enfin, Laurent Wauquiez ambi­tionne de relo­ca­li­ser des sièges d’ETI ou grands groupes sur le terri­toire régio­nal et mènera dans ce sens une campagne de promo­tion à travers un inves­tis­se­ment de 10 millions d’eu­ros.

Pour « répondre aux enjeux du monde de demain », le président Wauquiez souhaite faire de la région, un « modèle d’éco­no­mie plus verte et plus numé­rique ». Plus de 50 millions d’eu­ros seront ainsi inves­tis dans le numé­rique et la digi­ta­li­sa­tion. Dans le registre écolo­gique, la Région AURA envi­sage de lancer un « green deal » à l’échelle du terri­toire pour deve­nir la première région de France dans la protec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment.

« Fédé­rer les éner­gies de la Région  »

Enfin, la Région s’est enga­gée sur « un plan de forma­tion excep­tion­nel doté de 500 millions d’eu­ros », qui sera cofi­nancé par Pôle Emploi et le PIC (Plan d’In­ves­tis­se­ment dans les Compé­tences), pour « adap­ter les forma­tions à l’échelle des bassins et inten­si­fier les inves­tis­se­ments sur les métiers en tension ». 

« Ce plan, c’est une mobi­li­sa­tion géné­rale que nous avons construite avec l’en­semble des collec­ti­vi­tés, des chambres consu­laires, des réseaux d’en­tre­prises. Il faut fédé­rer les éner­gies de la région, réunir les forces, travailler avec les collec­ti­vi­tés locales indé­pen­dam­ment des couleurs poli­tiques, appliquer la méthode de l’union. On sait travailler en commun, on l’a vu pendant cette crise, c’est notre force et c’est ce qui doit nous permettre d’être encore plus une région sur laquelle il faut comp­ter en Europe », conclut Laurent Wauquiez.

Remonter