Vague verte à Lyon : les réac­tions du patro­nat

Au surlendemain du raz-de-marée écologiste dans les urnes et à quelques jours des passations de pouvoir de Grégory Doucet à l’Hôtel-de-Ville et de Bruno Bernard au siège de la Métropole, les responsables économiques lyonnais se confient pour Lyon Décideurs sur ce nouvel exécutif local.
Photo Susie Waroude

Une vague verte inédite à Lyon. À la ville comme à la Métro­pole, les listes écolo­gistes menées par Grégory Doucet et Bruno Bernard ont balayé l’al­liance LR/LREM dimanche, lors du second tour des élec­tions muni­ci­pales et métro­po­li­taines. Triom­phants lors d’un scru­tin marqué par une forte absten­tion, les Verts vont ainsi ouvrir une nouvelle page de l’his­toire poli­tique lyon­naise. Une pers­pec­tive qui ne semble guère enchan­ter le monde écono­mique local, qui a multi­plié, tout au long de la campagne, les appels à faire « barrage » aux écolos, de manière plus ou moins expli­cite.

« Le vote est souve­rain, il faut être respec­tueux de la démo­cra­tie, concède aujourd’­hui Philippe Valen­tin, président de la CCI Lyon-Métro­pole. C’est une nouvelle orien­ta­tion donnée à la Métro­pole. Il va falloir apprendre à se connaître avec les nouveaux élus, comprendre exac­te­ment leurs objec­tifs et voir comment on peut compo­ser, travailler ensemble et aider aux bien­faits du monde écono­mique dans une logique et une cohé­rence qui leur appar­tiennent. Il faudra pouvoir se caler par rapport à ce qu’ils veulent faire. » 

Du côté des orga­ni­sa­tions patro­nales, l’in­con­nue verte soulève de nombreuses inter­ro­ga­tions. « J’ai rencon­tré Bruno Bernard pendant la campagne, nous avons discuté mais il n’avait pas de projet écono­mique, ça ne m’a pas fran­che­ment rassuré, indique Laurent Fiard, président du MEDEF Lyon-Rhône. Le travail que l’on fait main dans la main avec les poli­tiques depuis des années, consiste à co-construire un schéma de déve­lop­pe­ment écono­mique, de travailler à l’at­trac­ti­vité du terri­toire et l’em­ploya­bi­lité. Mais là, on ne sait pas où ils veulent aller, ni comment ils vont faire pour y parve­nir. On ne connaît pas leur programme écono­mique et ça fait peur aux entre­pre­neurs d’après les retours que je reçois au MEDEF. »

« Ne pas bous­cu­ler l’éco­no­mie de manière trop violente »

Cons­cient de ces quelques réti­cences à son égard, Grégory Doucet a immé­dia­te­ment tenu à rassu­rer les acteurs écono­miques dans son discours prononcé dimanche soir, après l’élec­tion. Le futur maire de Lyon a ainsi précisé que l’éco­lo­gie n’était pas « l’en­ne­mie de l’éco­no­mie » mais bien « sa meilleure alliée ». « C’est une vision que je partage. On est tout à fait d’ac­cord sur cette volonté de faire évoluer la ville vers une logique de déve­lop­pe­ment durable, soutient Laurent Fiard. On ne peut pas gagner ce défi éner­gé­tique sans le monde de l’en­tre­prise et sans récon­ci­lier écono­mie et écolo­gie, c’est essen­tiel. » 

Des propos complé­tés par Philippe Valen­tin, président de la CCI Lyon-Métro­pole depuis septembre dernier : « Les entre­prises ne sont pas contre la cause envi­ron­ne­men­tale. Il faut seule­ment placer le curseur au bon endroit. Et l’inquié­tude des entre­pre­neurs dans ce contexte actuel diffi­cile, c’est de savoir où est-ce qu’on va mettre le curseur pour ne pas bous­cu­ler  l’éco­no­mie de manière trop violente. » Alors que les déci­deurs écono­miques s’at­tendent à vivre des mois diffi­ciles, marqués par des secousses de grande ampleur, Laurent Fiard craint, avec l’ar­ri­vée des Verts au pouvoir, « de ne pas voir le sujet de la crise écono­mique de la fin d’an­née et de l’em­ploi en haut de la pile de dossiers ».

Philippe Valen­tin (CCI Lyon-Métro­pole), Laurent Fiard (Medef Lyon-Rhône), François Turcas (CPME Rhône)

Des rencontres orga­ni­sées dans les prochains jours

De son côté, la CPME Rhône attend de pouvoir rencon­trer à nouveau les élus écolo­gistes, déjà accueillis pendant la campagne, pour évoquer les sujets qui préoc­cupent les diri­geants de TPE et PME. D’une façon géné­rale, l’or­ga­ni­sa­tion patro­nale estime que ces entre­prises ne seront sans doute pas les plus touchées par les nouvelles orien­ta­tions de la ville et de la Métro­pole de Lyon :  « La construc­tion de loge­ments et la réno­va­tion ther­mique, ça fait travailler des entre­prises », déclare-t-on dans les rangs de la CPME Rhône

Si elles ne sont pas encore program­mées à ce jour, des rencontres entre le nouvel exécu­tif lyon­nais et les orga­ni­sa­tions patro­nales devraient ainsi s’or­ga­ni­ser dans les prochains jours et clari­fier les posi­tions de chacun. « On va apprendre à les connaître. J’es­père que l’image verte ne va pas se traduire en action rouge, c’est ma grosse crainte, confie Laurent Fiard, en réfé­rence à l’al­liance passée entre les Verts et la France Insou­mise avant le deuxième tour. Dans cette conjonc­ture compliquée, on attend de ces nouveaux élus un vrai programme écono­mique détaillé sur trois axes : l’at­trac­ti­vité du terri­toire, la mobi­lité et l’em­ploya­bi­lité. » Des chan­tiers majeurs pour le nouvel exécu­tif écolo­giste.

Consent choices
Remonter