Lyon-Turin : premières fric­tions gouver­ne­ment-mairie de Lyon

Photo : Susie Waroude

C’est le nouveau maire de Lyon, Grégory Doucet, qui a mis le feu aux poudres dès la semaine dernière avant même d’être officiellement intronisé. Dans un entretien accordé à La Stampa, le 1er magistrat lyonnais EELV a défendu l’idée, concernant la Liaison à grande vitesse -LGV- Lyon-Turin, de « ne pas insister sur un projet erroné. C’est le pire choix ». Et d’estimer que la ligne existante du Mont-Cenis (tunnel datant de 1871, soit 150 ans d’existence) suffisait. La réplique du Comité pour la Transalpine ne s’est pas faite attendre. « Non, on ne peut pas utiliser l’existant », réplique Stéphan

Cet article est réservé aux abonnés
Pour lire l'article
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Identifiez-vous