SEB : mieux que prévu et acqui­si­tion améri­caine

Le Groupe SEB a réalisé un meilleur 2ème trimestre qu’an­ti­cipé avec un repli de ses ventes qui ne dépasse par 9,5%. Sur l’en­semble du 1er semestre, le repli s’élève à 12,7% pour un total de 2,9 milliards € de ventes. Certes, le résul­tat opéra­tion­nel d’ac­ti­vité chute de 55% à 103 millions € et le résul­tat d’ex­ploi­ta­tion de 72,8% à 58 millions, mais Thierry de La Tour d’Ar­taise, PDG du groupe consi­dère que ces résul­tats semes­triels « témoignent de la rési­lience et de l’agi­lité du Groupe, ainsi que de la mobi­li­sa­tion de nos équipes ». SEB a pour­suivi ses projets de déve­lop­pe­ment. Et le 2ème trimestre a été placé sous le signe de la « soli­da­rité et de la respon­sa­bi­lité : soli­da­rité envers les colla­bo­ra­teurs à travers diverses initia­tives RH prises pour amoin­drir les effets de la crise, respon­sa­bi­lité avec la fabri­ca­tion du respi­ra­teur arti­fi­ciel MakAir ».

La pépite Dash

SEB a pris des parti­ci­pa­tions dans de nouvelles acti­vi­tés à impact envi­ron­ne­men­tal qu’il s’agisse d’Angell (vélos élec­triques), Casta­lie ou IEVA. Dernière acqui­si­tion majo­ri­taire en date, de l’autre côté de l’At­lan­tique : la société StoreBound, basée à New York et proprié­taire de la marque d’ar­ticles et acces­soires de cuisine Dash. Créée en 2010 par Even Dash et sa femme Rachel, StoreBound a lancé plus de 200 produits en s’ap­puyant sur un modèle de distri­bu­tion omni­ca­nale perfor­mant combi­nant la vente en maga­sin, l’e-commerce et les médias sociaux. StoreBound a déve­loppé la plus large audience sur les médias sociaux de son indus­trie aux Etats-Unis avec plus de 1 million d’abon­nés Insta­gram. Bref, une belle pépite, puisque la société améri­caine a généré un chiffre d’af­faires supé­rieur à 100 millions $ au cours des douze derniers mois avec un effec­tif de 50 personnes. Depuis quatre ans, elle figure dans la liste des entre­prises à plus forte crois­sance publiée par Inc. Maga­zine. Elle a aussi rejoint le Top 100 de la liste « Entre­pre­neur 360 » en 2019.

A noter enfin, sur le plan finan­cier, que le Groupe SEB a réduit sa dette finan­cière nette de 343 millions € au 30 juin dernier à 2,085 milliards €. Au total, le PDG du groupe se déclare « vigi­lant mais confiant dans la soli­dité de notre modèle stra­té­gique, géogra­phique­ment équi­li­bré, multi-canal, et porté par une démarche de respon­sa­bi­lité envi­ron­ne­men­tale et socié­tale ». Compte tenu des incer­ti­tudes qui pèsent sur le 2ème semestre, Thierry de La Tour d’Ar­taise ne se risque à aucune prévi­sion sur l’en­semble de l’an­née. Seule certi­tude, le chiffre d’af­faires et le résul­tat opéra­tion­nel d’ac­ti­vité seront « en baisse marquée ».

Remonter