La revanche de Xavier Ingle­bert, nommé direc­teur géné­ral de l’OPAC du Rhône

Il peut à nouveau se rendre à l’Hôtel du dépar­te­ment du Rhône voir son Président la tête haute. Xavier Ingle­bert, victime colla­té­rale du limo­geage du préfet Henri-Michel Comet à l’au­tomne 2017, suite au relâ­che­ment à Lyon du terro­riste qui allait assas­si­ner deux jeunes filles à Marseille, peut à nouveau fran­chir l’en­trée commune de la préfec­ture et du siège du Dépar­te­ment du Rhône sans crainte d’être consi­déré comme persona non grata. L’an­cien secré­taire géné­ral et Préfet délé­gué à l’éga­lité des chances dans le Rhône de 2015 à 2017 avait été privé de la céré­mo­nie de vœux communs du Préfet et du Président du Conseil Dépar­te­men­tal du Rhône en janvier dernier. 

Revenu à Lyon en septembre 2019, comme Secré­taire géné­ral du groupe Alila, promo­teur privé spécia­lisé dans le loge­ment social et inter­mé­diaire, Xavier Ingle­bert, convié par Chris­tophe Guillo­teau, n’avait néan­moins pas pu venir à cette céré­mo­nie, le Préfet Mail­hos, ayant jugé sa présence inop­por­tune. Six mois après, c’est donc par la grande porte que Chris­tophe Guillo­teau lui propose de reve­nir dans cette maison qu’il a appré­ciée, en nommant, début juillet, avec le Conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de l’OPAC du Rhône, Xavier Ingle­bert au poste de direc­teur géné­ral de l’of­fice HLM dépar­te­men­tal.

Moins d’un an chez Alila

A bien­tôt 57 ans, cet énarque très impré­gné du sens de l’in­té­rêt géné­ral, passé par la préfec­ture de la Côte d’Or, le CNRS comme Direc­teur géné­ral délé­gué aux ressources, la Préfec­ture du Rhône et le Minis­tère de l’Edu­ca­tion natio­nale et de l’En­sei­gne­ment supé­rieur et de la Recherche comme Haut fonc­tion­naire défense adjoint, ne sera resté qu’un peu moins d’un an chez Alila. Son arri­vée aux côtés d’Hervé Legros en avait surpris plus d’un. Elle permet­tait à Xavier Ingle­bert de prendre une première revanche en reve­nant en terre lyon­naise, certes, dans le secteur privé, mais au service d’un secteur dont il connais­sait parfai­te­ment les acteurs. Un recru­te­ment intel­li­gent pour Hervé Legros dont le groupe a réalisé l’an dernier 611 millions d’eu­ros de chiffre d’af­faires (+ 26%) avec plus de 7 500 loge­ments réser­vés et un volume d’af­faires de 1,3 milliard d’eu­ros pour 169 programmes sur l’en­semble du terri­toire hexa­go­nal.

Moins d’un an après ce retour en terre lyon­naise dans le privé, Xavier Ingle­bert prend une deuxième revanche et rejoint le secteur public pour prendre la tête de l’OPAC du Rhône. Ce dernier fête ses 100 ans dans quelques semaines. Un recru­te­ment, là aussi, judi­cieux, pour le bailleur public qui préfère voir ce haut fonc­tion­naire reve­nir dans la sphère public que rester au service d’un acteur privé, fut-il parti­cu­liè­re­ment dyna­mique.

A 65 ans, Michel Micou­laz, qui avait rejoint l’OPAC du Rhône en 1976 puis en était devenu Direc­teur du dépar­te­ment Déve­lop­pe­ment et aména­ge­ment avant d’être nommé début 2016, Direc­teur géné­ral, tire sa révé­rence. Il a mené à bien ces derniers mois le chan­tier du démé­na­ge­ment du siège de l’OPAC du Rhône de Lyon à Brignais, pour ne plus être sur le terri­toire de la Métro­pole de Lyon, hors de son ressort. Acteur impor­tant du loge­ment social dans le dépar­te­ment, l’OPAC du Rhône, gère un parc de 23 000 loca­taires, 12 500 loge­ments et 1 500 en rési­dences spécia­li­sées. Chaque année, l’OPAC du Rhône produit 300 nouveaux loge­ments et les inves­tis­se­ments de réha­bi­li­ta­tion s’élèvent à 10 millions d’eu­ros envi­ron.

Consent choices
Remonter