Avec Mon Petit Place­ment, Apicil s’ouvre à de nouveaux enjeux

La Fintech Mon Petit Placement et le Groupe Apicil lancent un nouveau produit d’épargne. Grâce à cette collaboration facilitée par l’agilité de sa plateforme, le groupe lyonnais, spécialiste de la protection sociale, s’ouvre à une clientèle plus jeune et à la digitalisation de ses services.
Renaud Célié (Apicil) / Margaux Belhade et Thomas Perret (Mon Petit Placement)

L’al­liance entre une jeune Fintech et le troi­sième groupe français de protec­tion sociale. Les deux acteurs lyon­nais Mon Petit Place­ment et le Groupe Apicil, via Apicil Épargne, unissent leurs forces et annoncent le lance­ment d’une offre de place­ment « simple et acces­sible à tous », 100% digi­tale. « On s’est rencon­tré lors du salon Patri­mo­nia en 2019. On a senti beau­coup d’en­vie et d’agi­lité chez cette start-up, confie Renaud Célié, direc­teur géné­ral adjoint Epargne & Services Finan­ciers chez Apicil. Et ce qui nous a plu chez Mon Petit Place­ment, c’est aussi leur cible et leur clien­tèle. »

Fondée en 2017 par Thomas Perret et Margaux Belhade, la start-up Mon Petit Place­ment vise à « démo­cra­ti­ser l’épargne » auprès d’une clien­tèle plus jeune (20–45 ans). « Avec Mon Petit Place­ment, on a l’oc­ca­sion de s’adres­ser à une autre typo­lo­gie d’épar­gnants, plus jeunes et peut-être un peu moins fortu­nés, pour­suit Renaud Célié. On travaille ainsi plutôt sur de la petite épargne progres­sive. Ça rejoint notre volonté de nous adres­ser à tout le monde, du petit épar­gnant, au plus fortuné. »

Plate­forme digi­tale

Pour simpli­fier la colla­bo­ra­tion entre les deux socié­tés, Apicil a mis à dispo­si­tion de la start-up, sa plate­forme digi­tale « Open Insu­rance ». « Cette plate­forme nous permet d’ac­com­pa­gner n’im­porte quel acteur qui souhai­te­rait travailler avec nous, quel que soit son modèle de distri­bu­tion. On a ainsi la capa­cité d’ac­cueillir rapi­de­ment et aisé­ment de nouveaux acteurs grâce à l’API­sa­tion de nos services », précise le direc­teur géné­ral adjoint Epargne & Services Finan­ciers d’Apicil.

Les équipes de Mon Petit Place­ment ont ainsi pu se connec­ter à cette plate­forme et lancer leur parcours de sous­crip­tion en l’es­pace de trois mois. À ce jour, près d’un millier de clients ont déjà sous­crit à cette offre déployée en parte­na­riat avec Apicil. « Ce sont des jeunes qui proposent des outils inno­vants, avec une autre façon de faire, 100% digi­ta­li­sée et plus que faci­li­tée pour accé­der aux produits d’épargne qui peuvent parfois être diffi­ciles d’ac­cès ou de compré­hen­sion », commente Renaud Célié

« Simpli­fier les choses »

Ce parte­na­riat avec cette jeune Fintech lyon­naise prend forme à l’heure des enjeux de la digi­ta­li­sa­tion pour Apicil. « Faire les choses de manière tota­le­ment digi­ta­li­sée, ça permet d’avoir de l’ef­fi­ca­cité et de garan­tir une qualité de services, prévient le direc­teur géné­ral adjoint Epargne & Services Finan­ciers. Cette dimen­sion digi­tale est essen­tielle pour nous. Nous sommes à un tour­nant, l’ex­pé­rience a forte­ment évolué dans de nombreux milieux, métiers ou marchés ces dernières années. Dans le milieu de l’as­su­rance, nous sommes un petit peu en retard. Il y a encore beau­coup de papier, de complexité, des tas de docu­ments deman­dés aux épar­gnants. Le digi­tal, c’est l’ou­til qui permet de simpli­fier les choses. »

Remonter