Kader Si-Tayeb : des J.O. aux Olym­piades des métiers

Après avoir réalisé, pendant une décennie, des missions pour des événements sportifs internationaux, Kader Si-Tayeb porte désormais l’organisation des finales nationales du concours de métiers WorldSkills qui se tient en décembre à Eurexpo. En attendant de recevoir, en 2023, la grande finale mondiale, un événement qui devrait drainer plusieurs centaines de milliers de visiteurs à Lyon.

Il est le visage en France des WorldS­kills, le plus grand concours de métiers au monde qui sera orga­nisé en 2023 à Eurexpo. En atten­dant ces Olym­piades des métiers qui verront s’af­fron­ter, pendant quatre jours, 1 500 jeunes de moins de 23 ans venus de 84 pays dans une soixan­taine de métiers (de l’ar­ti­sa­nat aux nouvelles tech­no­lo­gies en passant par l’in­dus­trie, le BTP…), Kader Si-Tayeb prépare les deux prochaines finales natio­nales, program­mées en décembre prochain puis en 2022, là aussi à Eurexpo

Deux répé­ti­tions – presque – gran­deur nature : « C’est un chal­lenge d’or­ga­ni­ser un tel événe­ment à Lyon. Pour donner un ordre d’idée, il y a eu 270 000 spec­ta­teurs, dont 50 000 inter­na­tio­naux lors de la dernière finale de WorldS­kills qui s’est tenue l’an dernier à Kazan en Russie. Il va y avoir de vraies retom­bées pour la ville, notam­ment pour les hôte­liers », rapporte Kader Si-Tayeb. Et, niveau orga­ni­sa­tion interne, l’af­faire demande une certaine logis­tique. « Il faut se rendre compte que ce n’est pas un salon profes­sion­nel clas­sique, mais une compé­ti­tion où chaque métier est repro­duit en condi­tions réelles. C’est démen­tiel ! Et beau­coup plus compliqué à orga­ni­ser qu’une coupe du monde de foot par exemple », assure-t-il.

« Faire décou­vrir des métiers » 

En matière d’or­ga­ni­sa­tion de grands événe­ments inter­na­tio­naux, Kader Si-Tayeb peut se targuer d’avoir quelques réfé­rences. Titu­laire d’un master en mana­ge­ment inter­na­tio­nal du sport, il a parti­cipé, tour à tour, aux cham­pion­nats du monde d’ath­lé­tisme de Paris en 2003 (coor­di­na­tion tech­nique), aux J.O. de Pékin 2008 (orga­ni­sa­tion du relais de la flamme olym­pique) et de Londres 2012 (sécu­rité logis­tique) ou encore à la coupe du monde de foot en Afrique du Sud en 2010 (mana­ger logis­tique)… Et c’est « un peu par hasard » qu’il découvre, en 2004, les WorldS­kills, pour lesquels il effec­tue d’abord plusieurs missions ponc­tuelles avant de deve­nir délé­gué géné­ral pour la France en 2015. 

« Je revien­drai peut-être plus tard dans le monde des compé­ti­tions spor­tives, mais je cher­chais autre chose que ces événe­ments qui brassent des millions d’eu­ros. Ce que je trouve inté­res­sant et rafraî­chis­sant avec les WorldS­kills, c’est que ce n’est pas simple­ment un concours. La fina­lité est aussi écono­mique et sociale puisqu’il s’agit de faire décou­vrir des métiers aux milliers de jeunes en recherche d’orien­ta­tion qui vont assis­ter à l’évé­ne­ment », commente-t-il.

📆 J-100 – EMBARQUEMENT IMMÉDIAT, DESTINATION LYON 2020 !Le compte à rebours pour les Finales Natio­nales WorldS­kills…

Publiée par WorldS­kills France sur Lundi 7 septembre 2020

Clin d’oeil

L’or­ga­ni­sa­tion de la grand-messe de 2023 à Lyon est aussi l’oc­ca­sion d’un sacré clin d’œil pour Kader Si-Tayeb. Les 1 500 parti­ci­pants au concours seront regrou­pés dans un « village olym­pique » installé sur le campus de la Doua. Et plus préci­sé­ment à l’Insa… là-même où ce Mosel­lan de nais­sance a validé, en 2000, un diplôme d’in­gé­nieur infor­ma­tique qui l’em­mè­nera deux ans dans l’in­dus­trie pétro­lière, avant de bifurquer vers l’uni­vers du sport. 

Aux quatre coins du monde pendant une décen­nie, c’est juste­ment avec le bon souve­nir de la ville de ses études qu’il décide de reve­nir à Lyon dès 2014, même s’il passait, jusqu’à encore récem­ment, plusieurs jours par semaine à Paris. Et ce n’est qu’a­près son instal­la­tion lyon­naise que la candi­da­ture de Lyon émerge, notam­ment soute­nue par la Métro­pole. « Une ville japo­naise était égale­ment en lice, ça a été une bataille de plus d’un an pour obte­nir l’or­ga­ni­sa­tion de la finale mondiale », détaille-t-il. Le prix à payer pour pouvoir, enfin, se séden­ta­ri­ser à Lyon.

BIO EXPRESS

15 février 1976 : Nais­sance à Algrange (Moselle).

2004–2014 : Il parti­cipe à l’or­ga­ni­sa­tion de plusieurs événe­ments spor­tifs mondiaux.

2015 : Il devient délé­gué géné­ral de WorldS­kills France.

Décembre 2020 : Orga­ni­sa­tion des finales natio­nales des WorldS­kills à Eurexpo.

Remonter