Point S : Trois acqui­si­tions en trois mois pour le groupe lyon­nais

Après la reprise de 9 centres Pneu à bas prix puis des 53 centres Otop dans les pièces automobile en BtoB, l’enseigne lyonnaise Point S vient de racheter la marque Happy Car et son réseau de 26 centres. Pari gagné pour Christophe Rollet, le directeur général du groupe, qui dépasse désormais largement les 600 points de vente en France.

Jamais deux sans trois. Point S, le spécia­liste mondial du pneu et de l’en­tre­tien auto, basé à Lyon, a fina­lisé sa troi­sième acqui­si­tion en moins de trois mois. Dernière en date, le rachat de la marque Happy Car. Avec son réseau de 26 centres auto indé­pen­dants créé en 2002, Happy Car emploie 150 personnes et va complé­ter le concept de centre auto de Point S (une cinquan­taine sur les 570 points de vente de la marque en France). « Cela témoigne du poids que le Groupe a pris ces dernières années sur le marché de la pièce, qui ne fait que s’ac­croitre et se renfor­cer par cette nouvelle acqui­si­tion, commente Chris­tophe Rollet. A terme, de nombreuses syner­gies vont être déve­lop­pées, l’ad­di­tion des exper­tises avec celles de PPS, d’Otop et Warning venant épais­sir la struc­tu­ra­tion d’un Groupe déjà puis­sant. Cette nouvelle annonce de crois­sance externe confirme la posi­tion de Point S comme un acteur incon­tour­nable et leader de son marché.  »

>>>À lire aussi : Le Match : Point S / Mister Auto, deux visions oppo­sées

Digi­ta­li­sa­tion

Fin juillet, Chris­tophe Rollet avait repris à la barre du Tribu­nal de commerce de Paris le réseau Otop, spécia­liste de la distri­bu­tion de pièces auto en BtoB aux côtés de l’as­so­cia­tion des conces­sion­naires OTOP. Un rachat qui portait à la fois sur la plate­forme web Otop et sur les 53 centres de services BtoB ainsi qu’une partie du person­nel du siège (130 emplois directs repris). Ce réseau d’in­dé­pen­dants, spécia­lisé dans l’en­tre­tien et la répa­ra­tion auto­mo­bile, est orga­nisé autour d’un site d’achat en ligne et de relais de distri­bu­tion sur le terrain (maîtri­sant la livrai­son du dernier kilo­mètre). Chris­tophe Rollet se féli­cite de confor­ter les posi­tions de Point S en matière de digi­ta­li­sa­tion. Et ce, sans remettre en cause d’autres parte­na­riats déjà exis­tants avec de grands acteurs. Quant au réseau Otop (140 000 réfé­rences et un stockage centra­lisé de 6 000 m2), fort de l’ac­com­pa­gne­ment du groupe lyon­nais, il va pouvoir pour­suivre son déve­lop­pe­ment à sa marque avec l’objec­tif de passer de 53 à 100 centres services.

Juste avant l’été, Point S avait accom­pa­gné cinq de ses adhé­rents dans le rachat de neuf centres à l’en­seigne Pneu à bas prix situés dans le Nord, ainsi qu’en Norman­die, Bretagne et Pays-de-Loire, repre­nant aussi une ving­taine de sala­riés. Cette enseigne pour véhi­cules de tourisme TC4 pèse 4,5 millions € de chiffre d’af­faires.

Présent dans 38 pays

Pari gagné pour Chris­tophe Rollet, qui ambi­tion­nait d’at­teindre les 600 points de vente en France en 2020 (570 début 2020). Un groupe devenu très inter­na­tio­nal ces dernières années avec de multiples implan­ta­tions inter­na­tio­nales. Point S est présent dans 38 pays avec 5 500 points de vente, soit plus de 3 milliards € d’ac­ti­vité en 2019 dont plus de 470 millions € dans l’Hexa­gone. Point S pourra fêter ses 50 ans l’an prochain avec une carte de visite qui tient la route.

Remonter