Pas de mercato pour le Grou­pama Stadium

Quelques heures avant la fin du mercato, OL Groupe et Groupama Rhône-Alpes-Auvergne ont annoncé prolonger de deux ans leur contrat de naming du Grand Stade de Décines. Epilogue de neuf mois de négociations serrées. Le Groupama Stadium accouche d’une cerise.

Offi­ciel­le­ment, le contrat de naming entre l’OL et l’as­su­reur mutua­liste Grou­pama pour le naming du Grand Stade de Décines avait pris fin en août, à l’is­sue des trois ans prévus lors de la signa­ture en 2017. La rené­go­cia­tion du contrat, enga­gée depuis le début de l’an­née 2020, a été pour le moins pertur­bée par la crise du Covid à partir de mars qui a quelque peu cham­boulé la donne. En signant un contrat de spon­so­ring maillot majeur avec Emirates, juste avant la crise sani­taire, Jean-Michel Aulas n’ex­cluait pas de convaincre la compa­gnie aérienne de s’en­ga­ger aussi sur le naming du Grand Stade. Cela lui permet­tait tout au moins d’avoir deux fers au feu, avec un titu­laire sortant peu disposé à payer plus cher et à s’en­ga­ger sur une longue période, tout en se décla­rant très satis­fait des trois premières années de contrat.

Las, la crise sani­taire a eu raison des espoirs du président de l’OL. Le secteur aérien est l’un des secteurs écono­miques les plus touchés dans le monde. Et Emirates, aussi perfor­mante soit-elle, n’est pas épar­gnée par la crise. Exit donc la compa­gnie aérienne. Restait Grou­pama Rhône-Alpes-Auvergne, titu­laire du poste depuis trois ans, satis­fait des retom­bées pour l’en­tre­prise, mais pas disposé à augmen­ter l’en­ve­loppe. Dès le mois de décembre 2019, Fran­cis Thomine, le Direc­teur géné­ral, de l’as­su­reur mutua­liste, indiquait à Lyon Déci­deurs qu’il n’aug­men­te­rait son inves­tis­se­ment, tout en accep­tant de renon­cer à sa part de spon­so­ring maillot pour permettre à Jean-Michel Aulas de vendre plus cher le maillot dans sa globa­lité.

Jean-Michel Aulas et Fran­cis Thomine

De 10 à 5 millions € par an

C’est une négo­cia­tion très serrée qu’ont conduit Fran­cis Thomine et Jean-Michel Aulas. Deux négo­cia­teurs hors pair. Et qui se connaissent de très longue date, lorsque Grou­pama a été action­naire de Cegid. Chacun connait les points forts et les points faibles de l’autre. Jean-Michel Aulas aurait bien aimé revoir le contrat à la hausse et signer sur une plus longue période. Fran­cis Thomine plai­dait pour une signa­ture « au prix du marché » et pour une durée limi­tée, comme le premier contrat. 

La crise actuelle a joué en faveur de Grou­pama qui avait pour lui l’an­té­rio­rité. Et Jean-Michel Aulas n’a pas trouvé de candi­dat au naming prêt mettre les 8 à 10 millions € par an dont il rêvait dans l’ab­solu. C’est donc plutôt la moitié moins que Grou­pama débour­sera sur les deux prochaines années, même si les deux parties ne donnent aucun chiffre offi­ciel. Et si, d’aven­ture, un nouveau candi­dat beau­coup plus géné­reux que l’as­su­reur mutua­liste surgis­sait quand la situa­tion écono­mique sera meilleure, il n’aura fina­le­ment qu’à peine deux ans à atten­dre… Dans l’im­mé­diat, avant minuit, Grou­pama Rhône-Alpes Auvergne a prolongé son bail à Décines. Grou­pama Stadium est donc parti pour rester !

Remonter