Avocats : dernière ligne droite pour l’élec­tion au bâton­nat de Lyon

Fin de campagne pour les deux binômes qui se présentent aux suffrages des 3 600 avocats lyonnais mardi prochain en vue d’être bâtonnier et vice-bâtonnier en 2022-2023. Ce sera Marie-Josèphe Laurent/Jean-François Barre ou Hubert de Boisse/Florence Wischer qui revendiquent, depuis hier soir, le soutien d’ACE Lyon, le syndicat d’avocats d’affaires.

« Les deux binômes sont tous les deux de bons candi­dats. Et c’est tant mieux pour le barreau de Lyon  ». C’est un fin connais­seur du milieu des avocats lyon­nais qui s’ex­prime ainsi au lende­main d’un nouveau débat. Il y en a eu plusieurs, orga­ni­sés par le jeune barreau et les syndi­cats d’avo­cats. Une campagne pertur­bée par le contexte sani­taire, et donc forcé­ment, très tour­née vers les réseaux sociaux. « C’est une campagne 2.0 avec des visio­con­fé­rences, des rendez-vous, beau­coup d’ap­pels télé­pho­niques person­nels et des échanges très riches. Je tenais à prendre le pouls du barreau et bien savoir ce qui se passe », déclare Marie-Josèphe Laurent, asso­ciée chez Implid Legal et candi­date avec Jean-François Barre

Hubert de Boisse, fonda­teur du cabi­net Lexcase, candi­dat en binôme avec Florence Wischer, se féli­cite du climat de cette campagne qu’il a commen­cée en prenant le temps d’une rencontre avec Marie-Josèphe Laurent. « Nous n’avons pas des visions très éloi­gnées sur la profes­sion. C’est sûr que la campagne a été un peu tronquée  », explique Hubert de Boisse, pas mécon­tent de reven­diquer le soutien, offi­ciel depuis mercredi soir, d’ACE Lyon (Avocats conseils d’en­tre­prises), syndi­cat d’avo­cats d’af­faires. « Ce soutien est une très bonne nouvelle », ajoute-t-il.

Un grand barreau pénal

Marie-Josèphe Laurent a mené campagne autour de deux grands axes. « Il faut accom­pa­gner la moder­ni­sa­tion des cabi­nets, inci­ter les confrères à struc­tu­rer juri­dique­ment leur acti­vité, les aider à maîtri­ser leur fisca­lité, proté­ger leur patri­moine. Il est impor­tant aussi de pour­suivre la digi­ta­li­sa­tion de nos cabi­nets, s’oc­cu­per de cyber­sé­cu­rité, enga­ger des efforts sur la forma­tion, amélio­rer la perfor­mance de nos cabi­nets », précise la candi­date. Et Marie-Josèphe Laurent de décli­ner sa deuxième grande prio­rité : « promou­voir un grand barreau pénal. Le pénal a repris une grande impor­tance ces dernières années. D’où l’idée d’un barreau pénal et je souhaite qu’à cette occa­sion nous fassions émer­ger la géné­ra­tion à venir ». Une idée que ne partage pas Hubert de Boisse : « Il ne faut pas scin­der le barreau de Lyon. Le barreau doit s’oc­cu­per de tout, sans distinc­tion ». Un barreau qu’il entend ouvrir : « il faut sortir de l’entre soi. Je souhaite plus de trans­pa­rence, moins d’opa­cité. Les réunions de l’ordre des avocats au barreau de Lyon, par exemple, pourquoi ne pas les faire en ligne et permettre ainsi aux avocats qui veulent les suivre d’y assis­ter ».

Plus géné­ra­le­ment, Hubert de Boisse entend « défendre la place de l’avo­cat dans la cité, un avocat qui est un chef d’en­tre­prise. Notre objec­tif est de mieux assis­ter les avocats dans leur struc­tu­ra­tion. Oui, c’est diffi­cile, mais il faut sortir de la sinis­trose ». Marie-Josèphe Laurent souligne aussi l’im­por­tance de « recons­truire des rela­tions de confiance avec les magis­trats » après des mois tendus.

Résul­tats du scru­tin le 24 novembre prochain

Résul­tat du vote mardi 24 novembre au soir. Un vote 100% élec­tro­nique. Le binôme élu pren­dra ses fonc­tions en janvier 2022, Serge Deygas, l’ac­tuel bâton­nier du barreau de Lyon et Joëlle Forest-Chal­vin, vice-bâton­nier, étant en fonc­tion jusqu’à fin 2021. En plus du bâton­nat, trois repré­sen­tants de Lyon au Conseil natio­nal des barreaux -CNB- ainsi que huit repré­sen­tants au conseil de l’ordre des avocats de Lyon (quatre binômes de deux) seront aussi dési­gnés mardi. Trois scru­tins en un. Trois bonnes raisons de voter.

Remonter