Phar­ma­cie : une semaine de congés supplé­men­taire chez Boeh­rin­ger Ingel­heim

Le groupe allemand offre une semaine de congés entre Noël et le jour de l’An à ses 51 000 salariés dans le monde, dont 1 500 en région lyonnaise. Histoire que le personnel « récupère et retrouve de l’énergie ».

Un cadeau de Noël annoncé avec un mois d’avance. La nouvelle est arri­vée de la petite ville alle­mande d’In­gel­heim, sur déci­sion de la direc­tion du groupe phar­ma­ceu­tique Boeh­rin­ger : « L’an­née 2020 a été une année hors du commun. A année excep­tion­nelle, déci­sion excep­tion­nelle ! Chez Boeh­rin­ger Ingel­heim, nous avons plei­ne­ment conscience que la crise du Covid a demandé beau­coup de rési­lience à nos colla­bo­ra­teurs, tant dans leur vie profes­sion­nelle qu’à titre privé. C’est pourquoi Boeh­rin­ger Ingel­heim a pris la déci­sion d’of­frir à ses 51 000 sala­riés une semaine de congés supplé­men­taire, du 24 décembre au 3 janvier. Pendant cette période de fêtes de fin d’an­née, nous souhai­tons que tous nos colla­bo­ra­teurs puissent se relaxer, récu­pé­rer et retrou­ver de l’éner­gie, auprès de leurs amis et de leurs proches. Merci pour tous vos efforts ». 

Une déci­sion, on l’ima­gine, qui a fait l’una­ni­mité, étant entendu que ceux qui seront de perma­nence entre Noël et le jour de l’An, pour­ront prendre leur semaine en tout début d’an­née 2021. Le groupe alle­mand emploie 2 400 personnes en France dont un peu plus de 1 500 en région lyon­naise où il possède un centre de R & D et un site de produc­tion, en plus du siège France.

230 millions € inves­tis à Jonage

Entre­prise indé­pen­dante, fami­liale, créée en 1885, Boeh­rin­ger Ingel­heim se situe dans le Top 20 mondial de l’in­dus­trie phar­ma­ceu­tique avec un chiffre d’af­faires de plus de 17 milliards €. Le groupe consacre presque 20% de son acti­vité à la R & D. Avec le rachat de Mérial (ex Rhône-Mérieux, spécia­lisé dans les vaccins vété­ri­naires), Boeh­rin­ger Ingel­heim s’est hissé sur la 2e place du podium mondial de la santé animale. Et le patron France du groupe, Erick Lelouche (photo), a su convaincre ses action­naires de choi­sir la région lyon­naise pour la construc­tion de leur nouveau site de produc­tion de vaccins contre la fièvre aphteuse et la fièvre catar­rhale. 

La construc­tion de l’usine de Jonage, qui repré­sente un inves­tis­se­ment majeur de 230 millions €, sera termi­née fin 2022, date de sa livrai­son. « La fabri­ca­tion des premiers lots inter­vien­dra début 2023 », indique la direc­tion. Autre­ment dit, la crise sani­taire n’a pas retardé le chan­tier. D’ailleurs, si la direc­tion du groupe a décidé de remer­cier ses équipes, c’est aussi parce que l’en­tre­prise ne s’est jamais arrê­tée en 2020, ni en Alle­magne, ni en France. Le chiffre d’af­faires de Boeh­rin­ger Ingel­heim en France s’élève à 404 millions € et à 800 millions € si l’on ajoute les expor­ta­tions assu­rées depuis les sites hexa­go­naux.

Remonter