Feux d’ar­ti­fices : la ville et la préfec­ture saisissent la justice

Privés des festi­vi­tés habi­tuelles de la Fête des Lumières, les Lyon­nais ont tout de même assisté à un drôle de spec­tacle en ce 8-décembre. Peu après 21h, le ciel de la Presqu’île s’est embrasé, tapissé de couleurs par les multiples feux d’ar­ti­fices tirés depuis le centre-ville, par des suppo­sés suppor­ters de l’Olym­pique lyon­nais. Large­ment salué sur les réseaux sociaux, l’évé­ne­ment n’a pas fait que des heureux, à commen­cer par le maire de Lyon, Grégory Doucet.

« Les feux d’ar­ti­fices tirés au coeur du centre-ville de Lyon, sans aucune demande préa­lable, auraient pu causer des dégâts impor­tants et bles­ser du public, ce qui fort heureu­se­ment n’a pas été le cas, commente l’édile sur Twit­ter. La légis­la­tion prévoit un enca­dre­ment strict pour des raisons évidentes de sécu­rité. » De son côté, la préfec­ture de région rappelle dans un commu­niqué que « le plan vigi­pi­rate est au niveau urgence atten­tat et que les initia­tives unila­té­rales peuvent engen­drer des consé­quences graves. »

La préfec­ture et la ville de Lyon ont ainsi décidé conjoin­te­ment de saisir la justice, « afin de faire toute la lumière sur cette action non décla­rée ».

Remonter