Au CES 2021, Cédric Bernard révo­lu­tionne l’ins­pec­tion auto­mo­bile avec Proovs­ta­tion

Lancé en 2018, Proovstation s’appuie sur l’intelligence artificielle pour industrialiser, standardiser et automatiser le processus d’inspection automobile. La jeune société, qui compte aujourd’hui près de 50 collaborateurs, participe au CES 2021, salon mondial des nouvelles technologies, du 11 au 14 janvier.

Juliette Jarry, vice-prési­dente de la Région Auvergne-Rhône-Alpes délé­guée au numé­rique, présen­tait ce mardi, les 15 start-up de la délé­ga­tion régio­nale au CES 2021, le plus grand salon mondial des nouvelles tech­no­lo­gies, qui se déroule cette année, dans un format 100% digi­tal. Parmi les quinze entre­prises sélec­tion­nées, six se trouvent dans la Métro­pole de Lyon, dont Proovs­ta­tion, spécia­li­sée dans l’ins­pec­tion auto­mo­bile via l’in­tel­li­gence artif­cielle. La jeune société, fondée en 2018 par Cédric Bernard, parti­cipe à son troi­sième CES, et compte profi­ter de cette expo­si­tion pour boos­ter son déve­lop­pe­ment commer­cial, lancé ces derniers mois, pendant le contexte incer­tain de la crise sani­taire.

Le concept

Cédric Bernard, CEO, vice-président et cofon­da­teur de Proovs­ta­tion avait une ambi­tion en créant sa start-up en 2018 : indus­tria­li­ser, stan­dar­di­ser et auto­ma­ti­ser le proces­sus d’ins­pec­tion auto­mo­bile. Proovs­ta­tion a ainsi créé un portique qui, en trois secondes seule­ment, permet de scan­ner en 3D un véhi­cule auto­mo­bile. L’in­tel­li­gence arti­fi­cielle analyse entiè­re­ment chaque impact (visible ou non à l’œil nu). En moins d’une minute, le logi­ciel iden­ti­fie, quan­ti­fie et loca­lise grâce à une « signa­ture numé­rique » les dommages présents, puis émet un rapport horo­daté, géo-loca­lisé et infal­si­fiable avant de chif­frer les dégâts et les répa­ra­tions. 

Pourquoi ça va carton­ner ? 

L’ins­pec­tion était un point de douleur pour tous les acteurs de l’in­dus­trie auto­mo­bile : construc­teurs, distri­bu­teurs, loueurs de voitu­res… « C’est un proces­sus manuel, fasti­dieux, cher et avec une impor­tante proba­bi­lité d’er­reurs. Grâce à l’in­tel­li­gence arti­fi­cielle, nous simpli­fions et sécu­ri­sons ce proces­sus », explique Cédric Bernard. La start-up a d’ores et déjà mis en place 10 portiques en Europe, quand 73 autres sont déjà vendus dans 13 pays, avec un 

poten­tiel de 9 millions d’ins­pec­tions par an. De plus, Proovs­ta­tion détient un carnet de clients bien fourni avec notam­ment le groupe de solu­tions logis­tiques Charles André qui trans­porte plus de trois millions de véhi­cules par an. « Nous travaillons avec l’en­semble des acteurs de l’in­dus­trie, de grosses socié­tés inter­na­tio­nales comme des entre­prises locales », expose le diri­geant. La tech­no­lo­gie Proovs­ta­tion est propo­sée en loca­tion à 5 000 euros par mois pendant quatre ans. 

L’actu

La start-up lyon­naise (50 colla­bo­ra­teurs, 3 millions d’eu­ros de chiffre d’af­faires) entend bien, en 2021, conso­li­der son leader­ship euro­péen et atteindre la centaine de stations instal­lées. « Pour les années suivantes, notre objec­tif sera de doubler le nombre de nos stations tous les ans. » Avec le contexte sani­taire, la mise en place des portiques a quelque peu été retar­dée, mais pour Cédric Bernard, il ne s’agit que d’un léger contre­temps. La preuve avec un déploie­ment aux États-Unis prévu dès ce début d’an­née. À terme, il vise égale­ment des implan­ta­tions dans des aéro­ports, qui abritent de nombreuses enseignes de loca­tion de véhi­cules. 

Le finan­ce­ment

Le projet Proovs­ta­tion s’est réalisé grâce aux fonds amenés par les asso­ciés. De plus, le groupe de distri­bu­tion auto­mo­bile et de véhi­cules indus­triels Bernard, établi à Bourg-en-Bresse, détenu par le père de Cédric Bernard et dans lequel lui-même a travaillé, a large­ment contri­bué au déve­lop­pe­ment de la start-up : « Le Groupe Bernard nous a permis de concré­ti­ser notre projet et de démar­rer l’aven­ture. » En début d’an­née 2020, Proovs­ta­tion a bouclé une levée de fonds de trois millions d’eu­ros pour couvrir son déve­lop­pe­ment à l’in­ter­na­tio­nal. Un nouveau tour de table est dans les tuyaux, pour accom­pa­gner l’ar­ri­vée de l’en­tre­prise sur le marché améri­cain. 

Le diri­geant 

Diplômé de la Novan­cia Busi­ness School de Paris en 2014, Cédric Bernard a d’abord fait ses armes au sein du Groupe Bernard. Conseiller commer­cial à ses débuts, il devient par la suite chef des ventes puis direc­teur de la conces­sion Renault de Vienne. Après avoir pris la direc­tion de l’in­no­va­tion du groupe, Cédric Bernard crée Proovs­ta­tion en 2018, avec Gabriel Tissan­dier.

Remonter