Esker, genO­way et Mili­boo : chiffre d’af­faires en crois­sance en 2020

Les socié­tés cotées en bourse publient leur chiffre d’af­faires 2020. Belle crois­sance pour trois d’entre elles. A commen­cer par Esker, l’édi­teur lyon­nais spécia­lisé dans les solu­tions de déma­té­ria­li­sa­tion pour les entre­prises (notam­ment en mode SaaS, dans le cloud). Malgré une situa­tion sani­taire et écono­mique parti­cu­liè­re­ment diffi­cile, Esker réalise le meilleur quatrième trimestre et la meilleure année de son histoire en termes d’ac­ti­vité avec un chiffre d’af­faires de 112,3 millions d’eu­ros, en crois­sance de 9% à taux de change constants et de 8% à taux de change courants. Esker a de nouveau enre­gis­tré de très nombreuses signa­tures au cours du quatrième trimestre. 

Après une période d’at­ten­tisme liée aux premières mesures de confi­ne­ment, les entre­prises se sont vive­ment inté­res­sées aux solu­tions de digi­ta­li­sa­tion des services admi­nis­tra­tifs et finan­ciers qui leur apportent des gains de produc­ti­vité signi­fi­ca­tifs et leur permettent de conti­nuer à opérer quand les colla­bo­ra­teurs sont en télé­tra­vail. La valeur cumu­lée des nouveaux contrats signés en 2020 progresse de +17% par rapport à l’an­née 2019 pour atteindre 34 millions d’eu­ros. Sur le quatrième trimestre, la valeur du total des nouvelles signa­tures s’éta­blit 30% au-dessus du dernier trimestre 2019 qui déte­nait jusqu’a­lors le record, lais­sant augu­rer une forte acti­vité au cours de la première partie de l’an­née 2021. L’en­tre­prise prési­dée par Jean-Michel Bérard (photo) anti­cipe le main­tien de son résul­tat opéra­tion­nel par rapport à l’exer­cice 2019. Esker attend une solide crois­sance orga­nique à deux chiffres pour l’en­semble de l’an­née 2021, qui devrait amener le chiffre d’af­faires aux alen­tours de 128 millions d’eu­ros si la parité euro/dollar reste inchan­gée. À ce niveau de crois­sance, la profi­ta­bi­lité devrait s’éta­blir entre 10 et 15%.

Crois­sance de 16% pour genO­way

Dans un tout autre domaine d’ac­ti­vité, la biotech lyon­naise, genO­way, spécia­li­sée dans la concep­tion et le déve­lop­pe­ment de modèles de recherche précli­niques, annonce un chiffre d’af­faires conso­lidé de 11 millions d’eu­ros au titre de l’exer­cice 2020, en crois­sance orga­nique annuelle de 16% par rapport à 2019. Une crois­sance, toujours portée par un fort déve­lop­pe­ment de l’ac­ti­vité « Cata­logue » qui enre­gistre une progres­sion de 36% en 2020, après une crois­sance de 24% en 2019. « Après le tour­nant stra­té­gique opéré en 2019 avec le déve­lop­pe­ment de notre nouvelle offre de modèles Cata­logue en immuno-onco­lo­gie, 2020 marque une accé­lé­ra­tion de notre crois­sance sur ce segment avec un chiffre d’af­faires désor­mais proche de celui de notre acti­vité histo­rique de modèles « Sur mesure », déclare Alexandre Frai­chard, direc­teur géné­ral de genO­way qui confirme l’objec­tif d’un triple­ment de chiffre d’af­faires à 30 millions d’eu­ros à hori­zon 2024. Et ce avec la mise à dispo­si­tion d’un cata­logue complet d’une tren­taine de modèles de recherche d’ici à fin 2022. genO­way a reçu récem­ment une subven­tion de 2,3 millions d’eu­ros dans le cadre des fonds euro­péens du Feder avec l’ap­pui égale­ment de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. 

De son côté, la société de Haute-Savoie Mili­boo, posi­tion­née sur la vente en ligne de meubles et qui possède un maga­sin en Presqu’île à Lyon, a réalisé un chiffre d’af­faires de 18,3 millions d’eu­ros, en hausse de +30% au premier semestre de son exer­cice 2020/2021 (période du 1 er mai au 31 octobre). Cette progres­sion tient à la fois à un fort accrois­se­ment des volumes vendus (+17,8%) et à une crois­sance par les prix (forte demande sur les produits des segments les plus élevés combi­née à un moindre recours aux offres promo­tion­nelles). Le panier moyen progresse à 267 € HT contre 260 € HT l’an passé. 

L’ac­crois­se­ment record de l’ac­ti­vité sur cette période permet à Mili­boo de déga­ger un Ebitda retraité large­ment béné­fi­ciaire de 1,1 M€ soit 6,1% du chiffre d’af­faires sur ce semestre (contre –0,2 M€ à la même période l’an passé). Mili­boo enre­gistre un résul­tat d’ex­ploi­ta­tion posi­tif de 0,3 M€ pour la première fois depuis l’in­tro­duc­tion en Bourse. De même, le résul­tat net ressort posi­tif de 0,3 million € (1,6% du chiffre d’af­faires), à compa­rer à une perte de 1,1 M€ sur la même période l’an passé. « Mili­boo entend pour­suivre au 2nd semestre sa trajec­toire vertueuse. Les premiers mois du second semestre, novembre et décembre, sont très bien orien­tés et confirment le dyna­misme de la Société ».

Remonter