Pays Mornan­tais : un projet à 100 millions € avec em2c

L’extension de 24 hectares de parc d’activités des Platières dans le Pays Mornantais devrait permettre la création de 800 emplois, en privilégiant l’agroalimentaire, l’industrie (métallurgie, menuiserie aluminium) et la distribution urbaine. Un projet conduit par le groupe lyonnais em2c et sa filiale Valoripolis.

Un projet struc­tu­rant de réor­ga­ni­sa­tion du terri­toire. La zone d’ac­ti­vi­tés des Platières (65 hectares), au cœur de la Commu­nauté de communes du Pays Mornan­tais -COPAMO- (une tren­taine de communes tota­li­sant 30 000 habi­tants), va béné­fi­cier d’une exten­sion de 24 hectares sur trois secteurs (11 hectares au sud à Beau­val­lon, 6 hectares au nord à St-Laurent-d’Agny et 7 hectares à l’est). Objec­tif : propo­ser des terrains modu­lables de 4 000 à 70 000 m2 avec, à la clé, la créa­tion atten­due de 800 emplois via une tren­taine d’im­plan­ta­tions d’en­tre­prises. Il s’agit tout à la fois de permettre à des entre­prises exis­tantes de pouvoir conti­nuer à se déve­lop­per sur place, mais aussi de faci­li­ter l’ar­ri­vée de nouvelles entre­prises, notam­ment dans la filière agroa­li­men­taire et agri­cul­ture, l’un des points forts du secteur qui possède une coopé­ra­tive frui­tière répu­tée, la Sicoly. L’in­dus­trie (métal­lur­gie, menui­se­rie alumi­nium), mais aussi la distri­bu­tion urbaine font égale­ment partie des secteurs privi­lé­giés. Dans le secteur logis­tique/trans­port, Ducreux s’est posi­tion­née, par exemple, sur 33 000 m2 avec un bâti­ment de 12 000 m2.

300 millions € sur 3 ans

L’en­semble de l’opé­ra­tion est piloté par le groupe lyon­nais em2c (construc­teur, promo­teur et aména­geur) et sa filiale Valo­ri­po­lis, spécia­li­sée dans le déve­lop­pe­ment foncier en lien étroit avec la COPAMO, initia­trice du projet. Dès 2018, Valo­ri­po­lis, dans le cadre d’un proto­cole parte­na­rial avec la COPAMO a réalisé une opéra­tion de remem­bre­ment foncier d’en­ver­gure, obtenu les auto­ri­sa­tions admi­nis­tra­tives et lancé les travaux d’amé­na­ge­ment de l’ex­ten­sion Sud.  « L’in­ves­tis­se­ment, en termes de coûts d’amé­na­ge­ment, de voirie, etc se situe autour de 12 à 13 millions € et, si l’on raisonne sur l’en­semble du déve­lop­pe­ment à 4 ans, c’est un projet à 100 millions € », déclare Yvan Patet, PDG d’em2c. (photo)

L’objec­tif est de créer de l’em­ploi loca­le­ment (800 créa­tions sur toute la zone d’ac­ti­vi­tés) afin de limi­ter les dépla­ce­ments pendu­laires et de répondre ainsi à l’enjeu de réduc­tion des émis­sions de gaz à effet de serre, en favo­ri­sant aussi les circuits courts. Actuel­le­ment, 53% de la popu­la­tion active du Pays Mornan­tais travaille en dehors de son terri­toire d’ha­bi­ta­tion. Avec le déve­lop­pe­ment écono­mique local induit par cette stra­té­gie de montée en puis­sance de la zone écono­mique des Platières, plus de monde devrait trou­ver du travail sur place. C’est tout le pari des élus, Renaud Pfef­fer, le président de la COPAMO et maire de Mornant en tête.

Avec près d’une centaine de colla­bo­ra­teurs, em2c indique avoir pour 300 millions € de projets devant lui sur 3 ans (soit une moyenne de 100 à 120 millions € de chiffre d’af­faires suivant les exer­cices). Dans ses projets phares, actuel­le­ment : 30 000 m2 sur l’an­cien site Fagor-Brandt dans le 7e avec Enedis d’une part, et Metro d’autre part (pour sa plate­forme logis­tique en sous-sol de livrai­son du dernier kilo­mètre), 60 000 m2 avec La Fonde­rie à Vénis­sieux (ex site de la fonde­rie Duran­ton Sicfond, répar­tis en deux fois 25 000 m2 de locaux d’ac­ti­vi­tés et 10 000 m2 de loge­ments) et 90 000 m2 à Décines autour de l’an­cien site de la Mutua­lité française (créa­tion d’un EHPAD, d’une rési­dence inter­gé­né­ra­tion­nelle et de bureaux). Ce qui s’ap­pelle un carnet de commandes bien rempli.

Remonter