Sagard négo­cie le rachat de Nutri­sens

Alors qu’il s’apprête à fêter ses 10 ans, Nutrisens, le champion de la nutrition médicale, est entré en négociations exclusives avec Sagard. Le fonds parisien Sagard, lié à la famille canadienne Desmarais, devrait racheter les 60% d’Evolem ainsi que les 30% d’Unigrains. Georges Devesa et les fondateurs devraient rester actionnaires.

Accom­pa­gnées pendant plus d’une dizaine d’an­nées par Evolem, le fonds d’in­ves­tis­se­ment créé par Bruno Rous­set et aujourd’­hui dirigé par Nico­las Rous­set, les entre­prises qui ont donné nais­sance à Nutri­sens en 2011, sous la houlette de Georges Devesa (photo), s’ap­prêtent à fran­chir une nouvelle étape dans leur stra­té­gie de crois­sance. En dix ans, Nutri­sens a procédé à huit acqui­si­tions (dont la dernière en Espagne) avec des implan­ta­tions en France (4 sites de produc­tion en Bour­gogne et dans la Vienne), Belgique, Italie et Espagne et des ventes dans une ving­taine de pays au total.

>>>À lire aussi : Nutri­­sens : nouvelle acqui­­si­­tion en Espagne pour Georges Devesa

L’ex­port repré­sente 33% de son chiffre d’af­faires qui atteint 87 millions € avec 409 colla­bo­ra­teurs. Basé à Fran­che­ville, Nutri­sens veut deve­nir leader euro­péen de la nutri­tion santé, qu’il s’agisse de nutri­tion médi­cale (dénu­tri­tion, dyspha­gie, …) ou de régimes spéci­fiques (sans sel, sans aller­gènes). Tout en privi­lé­giant le goût et le plai­sir de manger, Nutri­sens joue la carte de l’in­no­va­tion, en faisant appel à des chefs cuisi­niers, diété­ti­ciens, ingé­nieurs et experts en nutri­tion santé pour une carte qui comporte plus que 900 produits fabriqués dans les usines du groupe avant d’être vendus en Ehpad, dans les hôpi­taux et à domi­cile, soit plus de 10 000 clients au total.

Nutri­sens, deuxième inves­tis­se­ment du Fonds 4 de Sagard

Pour accé­lé­rer son déve­lop­pe­ment, notam­ment à l’in­ter­na­tio­nal (Amérique latine, entre autres), Nutri­sens est donc entré en négo­cia­tions exclu­sives avec le fonds pari­sien Sagard qui devrait rache­ter les parti­ci­pa­tions d’Evolem (60%) et d’Unigrains (30%) tandis que Georges Devesa, les fonda­teurs et mana­gers du groupe, déten­teurs de 10% du capi­tal devraient rester aux côtés du futur proprié­taire. Sagard est un fonds d’in­ves­tis­se­ment français qui inves­tit au capi­tal de socié­tés de taille moyenne « diri­gées par des équipes de mana­ge­ment ambi­tieuses, pour accom­pa­gner leur déve­lop­pe­ment ». Créé en 2003 avec le soutien de la famille Desma­rais (une des plus grandes fortunes cana­diennes), Sagard peut comp­ter sur le soutien d’in­ves­tis­seurs fami­liaux et indus­triels, comme sur celui d’in­ves­tis­seurs insti­tu­tion­nels. Depuis sa créa­tion, Sagard et son équipe pari­sienne de 10 profes­sion­nels ont réalisé 34 inves­tis­se­ments dans les secteurs de l’in­dus­trie et des services en France. Après un premier inves­tis­se­ment dans la santé animale (Ceva), Nutri­sens sera le deuxième inves­tis­se­ment du Fonds 4 de Sagard.

Evolem se réjouit de cette trans­mis­sion à Sagard avec Georges Devesa toujours aux manettes. Action­naire et parte­naire engagé dans la durée, Evolem accom­pagne des PME pour en faire des ETI, épaule des start-up pour asseoir leur modèle, et soutient plus large­ment des projets à dimen­sion philan­thro­pique. Evolem compte aujourd’­hui 22 colla­bo­ra­teurs avec « un triple ancrage entre­pre­neu­rial, fami­lial et citoyen pour porter une vision respon­sable de son métier ». Evolem a accom­pa­gné depuis sa créa­tion plus d’une centaine d’en­tre­prises. Ce qui repré­sente aujourd’­hui 5 700 emplois et près de 700 M€ de chiffre d’af­faires agré­gés.

Remonter