Sytral : fritures sur la ligne télé­phé­rique

La première ligne de transport par câble entre Francheville et Gerland devrait voir le jour en 2025. Le projet, poussé par la nouvelle majorité écologiste au Sytral et à la Métropole, ne réjouit pas vraiment les défenseurs du métro E, plus pertinent selon eux, pour désenclaver et « désaturer » l’ouest lyonnais.

Les acteurs du dossier

Bruno Bernard, président du Sytral et de la Métro­pole de Lyon

Jean-Charles Kohl­haas, vice-président du Sytral et vice-président délé­gué aux Dépla­ce­ments de la Métro­pole

Michel Ranton­net, maire (LR) de Fran­che­ville

Fouziya Bouzerda, précé­dente prési­dente du Sytral

Le rendez-vous était attendu. Le nouvel exécu­tif du Sytral, mené par Bruno Bernard, a dévoilé mi-décembre son plan de mandat à hori­zon 2026. Avec un inves­tis­se­ment porté à hauteur de 2,55 milliards d’eu­ros – le double du montant investi lors du précé­dent mandat – les élus écolo­gistes entendent « offrir une réelle alter­na­tive à la voiture et lutter contre la pollu­tion de l’air ». Parmi les futures réali­sa­tions présen­tées, la créa­tion de la première ligne de trans­port par câble entre Fran­che­ville, Sainte-Foy-lès-Lyon et Gerland, prévue pour 2025.

« C’est un mode de trans­port inno­vant qui permet d’être très effi­cace sur ces terri­toires à colline. Il permet­trait de relier Fran­che­ville à Lyon en 11 minutes contre 45 en voiture sur une route char­gée », déve­loppe le président du Sytral et de la Métro­pole, Bruno Bernard. Un projet accueilli avec enthou­siasme par le maire (LR) de Fran­che­ville, Michel Ranton­net : « Chaque jour, 20 000 véhi­cules débarquent dans la Métro­pole par Fran­che­ville et Craponne, et convergent ensuite par Sainte-Foy. Il est donc essen­tiel de « désa­tu­rer » l’Ouest lyon­nais. Si nous pouvons allé­ger ce flux de véhi­cules par le biais du télé­phé­rique, c’est une bonne chose. » 

Les réali­sa­tions prévues dans le plan de mandat du Sytral

Ques­tion sur la fréquen­ta­tion

Si son tracé reste encore à défi­nir, cette première ligne aérienne devrait s’étendre sur six kilo­mètres avec sept ou huit stations et des télé­ca­bines de 10 à 12 places se suivant à un rythme régu­lier. Montant de l’in­ves­tis­se­ment selon le Sytral : 160 millions d’eu­ros pour 20 à 25 000 voyages par jour (entre 10 et 15 000 voya­geurs). Une esti­ma­tion jugée large­ment suréva­luée par Fouziya Bouzerda, à la tête de l’au­to­rité orga­ni­sa­trice des trans­ports en commun lyon­nais jusqu’en septembre dernier. En décembre 2019, sous sa prési­dence, le Sytral avait déjà étudié l’hy­po­thèse d’une ligne télé­phé­rique sur ce tracé. « On était alors à 4000 voya­geurs par jour avec une analyse prag­ma­tique de la situa­tion et une esti­ma­tion très objec­tive, soutient-elle. J’ai du mal à comprendre comment ça aurait pu tant augmen­ter alors qu’on ne connecte avec aucune ligne forte, tram ou métro à Fran­che­ville. »

Dans les rangs de la nouvelle majo­rité écolo­giste au Sytral, on s’in­ter­roge sur la véra­cité de cette précé­dente étude. « Les études du Sytral étaient profon­dé­ment et volon­tai­re­ment faus­sées pour montrer que le trans­port par câble n’était perti­nent nulle part. Les bureaux d’études ont faussé les poten­tiels de voyage et gonflé les coûts en terme de budget, à la demande du Sytral, dénonce Jean-Charles Kohl­haas, vice-président délé­gué du Sytral et vice-président délé­gué aux dépla­ce­ments et aux inter­mo­da­li­tés à la Métro­pole de Lyon. Avec cette ligne, on dessert des quar­tiers denses avec le centre de Fran­che­ville, la proxi­mité avec Chapo­nost, le quar­tier de la Gravière, une zone d’ac­ti­vité impor­tante à l’en­trée de Sainte-Foy, le coeur de Sainte-Foy et la Mula­tière. On a donc une capa­cité de voyage qui me semble bien être de l’ordre de 20 000 voyages par jour. »

Recul sur le métro E ?

Si ce projet nova­teur intrigue, pour de nombreux élus de l’ouest lyon­nais, ce télé­phé­rique n’ap­pa­raît pas comme la solu­tion à prio­ri­ser. Outre l’épi­neuse ques­tion de l’in­ser­tion paysa­gère (instal­la­tion des pylônes, survol, expro­pria­tions) qui inquiète notam­ment Véro­nique Sarselli, maire (LR) de Sainte-Foy-lès-Lyon, les élus locaux demandent acti­ve­ment le main­tien du fameux métro E entre Alaï et Belle­cour/Part-Dieu, « complé­men­taire au télé­phé­rique » selon le maire de Fran­che­ville, Michel Ranton­net. « La perti­nence du métro E est avérée, reprend Fouziya Bouzerda. Mais comme ce n’est pas le projet emblé­ma­tique du nouvel écosys­tème poli­tique, on recule sur ce dossier et on nous propose ce télé­phé­rique en alter­na­tive. Ça n’a pas de sens, vous ne pouvez pas les mettre sur un même plan, les objec­tifs sont diffé­rents.  »

Le métro E n’est toute­fois pas aban­donné par le Sytral. Le dossier est mis en concur­rence avec trois autres projets (prolon­ge­ment du A jusqu’à Meyzieu, du B jusqu’à Rillieux, du D jusqu’à la Duchère) dans le cadre d’une grande consul­ta­tion publique qui démar­rera à l’au­tomne. « Ces quatre projets sont mis au débat public pour être prio­ri­sés, non pas pour être choi­sis ou aban­don­nés. Il s’agit de lancer en premier le plus prio­ri­taire, celui qui est le plus urgent à réali­ser parce qu’il dessert le plus de monde et résout le plus de problèmes. Il y a un vrai enjeu à ne pas se trom­per et à le choi­sir collec­ti­ve­ment. Quelqu’il soit, le projet choisi sera livré en 2035 », soutient Jean-Charles Kohl­haas. Le télé­phé­rique sera alors, lui, en fonc­tion­ne­ment depuis long­temps déjà.

LES FAITS

Décembre 2019

Le Sytral publie les résul­tats de son enquête sur 10 hypo­thèses de télé­phé­rique dans la Métro­pole. La ligne Fran­che­ville-Gerland appa­raît comme la plus inté­res­sante malgré un rapport coût/voya­geurs élevé (4000 voya­geurs pour 210 millions d’eu­ros de budget).

Décembre 2020

La nouvelle majo­rité écolo­giste au Sytral, menée par Bruno Bernard, dévoile son plan de mandat. La ligne de trans­port par câble entre Fran­che­ville et Gerland devrait être mise en service en 2025. Le métro E, projet phare de l’an­cienne majo­rité au Sytral et de Gérard Collomb pour l’ouest lyon­nais, n’ap­pa­raît que dans les projets à l’étude.

Automne 2021

Lance­ment de la vaste consul­ta­tion publique sur l’ex­ten­sion du réseau métro. 4 projets, dont le métro E, seront propo­sés à l’avis des habi­tants du terri­toire « afin de cerner les enjeux et les inté­rêts de chacun, et rendre les usagers toujours plus acteurs des mobi­li­tés à venir. »

2025

Mise en service prévue des télé­ca­bines entre Lyon et Fran­che­ville

2035

Livrai­son du projet de métro choisi lors de la consul­ta­tion publique.

Consent choices
Remonter