Frédé­ric Guyot remplace Brigitte Brunel-Marmone à la tête de La Vie Claire

Info Lyon Décideurs - Brigitte Brunel-Marmone vient de quitter la présidence du Directoire de l’enseigne de magasins bio. Son successeur Frédéric Guyot, nommé hier, est arrivé dans le groupe lyonnais, en septembre dernier après des postes de direction chez Midas, Synalia dans la bijouterie, et InVivo (Gamm’vert, Delbard et Jardiland).

C’est une page de l’his­toire de La Vie Claire qui se tourne. Brigitte Brunel-Marmone, prési­dente du direc­toire de la chaîne de maga­sins bio depuis 2001 a fait valoir ses droits à la retraite, fin décembre, alors qu’elle venait tout juste de fêter ses 62 ans. Après dix-huit ans chez Distri­borg aux côtés de Régis Pelen où elle parti­cipe au lance­ment des marques Bjorg et Bonne­terre, elle rejoint La Vie Claire en 2001 dont Régis Pelen a fait l’ac­qui­si­tion en 1996 et dont il garde le contrôle après avoir vendu Distri­borg au Hollan­dais Wessa­nen

Brigitte Brunel-Marmone dirige alors en tandem la chaîne de maga­sins bio avec Benoît Soury, enga­gée dans un vaste plan de déve­lop­pe­ment sous l’œil atten­tif d’un Régis Pelen qui reste très présent en tant que président du conseil de surveillance. A partir de 2018, Brigitte Brunel-Marmone occupe seule la direc­tion géné­rale, Benoît Soury étant remer­cié par son action­naire. Une aubaine pour Carre­four qui cherche à se déve­lop­per dans le bio. Alexandre Bompard le recrute en quelques semaines et en fait le patron de sa branche bio.

Homme discret et appré­cié

La crois­sance de La Vie Claire se pour­suit, mais la bataille est de plus en plus rude, sur un marché du bio, certes porteur, mais qui attire tous les appé­tits. Témoin la récente reprise de Bio c’Bon par Carre­four, et qui inté­res­sait aussi Auchan et Casino. La Vie Claire avait égale­ment regardé le dossier, pour certains maga­sins tout au moins.

Dans ce contexte diffi­cile, la crise sani­taire ne simpli­fiant rien, Régis Pelen recrute début septembre Frédé­ric Guyot dans l’op­tique de prépa­rer la succes­sion de Brigitte Brunel-Marmone. Jeune quinqua­gé­naire, diplômé de l’ISG en 1991, Frédé­ric Guyot commence sa carrière dans l’au­to­mo­bile chez BMW puis chez Midas France pendant 13 ans, comme direc­teur marke­ting et achats. Puis, il passe dans le secteur de la bijou­te­rie comme direc­teur commer­cial, marke­ting et déve­lop­pe­ment de Syna­lia, 1er grou­pe­ment français de bijou­te­rie indé­pen­dants. Il rejoint ensuite Gamm’­vert comme direc­teur géné­ral délé­gué puis comme direc­teur géné­ral adjoint du groupe InVivo, le numéro 1 français de la jardi­ne­rie avec 1 400 maga­sins (dont 85% en fran­chise), né du rappro­che­ment de Gamm’­vert, Delbard et Jardi­land. Il parti­ci­pera aussi au déve­lop­pe­ment d’en­seignes à domi­nante alimen­taire bio et terroir engagé par InVivo (marque Frais d’ici, etc). Frédé­ric Guyot est souvent présenté comme un « homme discret et élégant », appré­cié des équipes avec lesquelles il a travaillé.

370 maga­sins

« J’ai toujours travaillé dans des enseignes à réseau de proxi­mité et le plus souvent mixte avec des maga­sins en fran­chise et en propre. C’est un bon duo, créa­teur de valeur », déclare Frédé­ric Guyot, qui se défi­nit de « culture et d’obé­dience marke­ting ». Après avoir salué « la formi­dable et belle aven­ture conduite par Brigitte Brunel-Marmone qui reste membre du conseil de surveillance », Frédé­ric Guyot, nommé président du direc­toire, lundi, se réjouit de prendre la tête d’une « entre­prise qui va très bien, une belle société, entouré des trois autres membres du direc­toire : Hugues Robi­net, Guillaume Despierres et Bruno Pelen ». La Vie Claire compte plus de 370 maga­sins dont les deux tiers en fran­chise et un tiers en propre pour un chiffre d’af­faires de 280 millions € et un effec­tif de 1 200 personnes. Sous sa marque propre, elle propose 1 900 réfé­rences.

Consent choices
Remonter