Homéo­pa­thie : Boiron affecté mais toujours béné­fi­ciaire

Activité en repli de 7,8% et bénéfice en recul de 35%, mais le leader de l’homéopathie reste dans le vert de 26,2 millions d'euros en 2020. La direction annonce un nouveau repli en 2021 qui voit la mise en application du plan social avec 566 suppressions de postes et 122 créations.
Photo Gilles Reboisson

Année 2020 diffi­cile pour Boiron confronté à un nouveau recul d’ac­ti­vité de 7,8% avec un chiffre d’af­faires qui s’éta­blit à 513,5 millions d’eu­ros et un résul­tat opéra­tion­nel qui chute de 42,9% à 38 millions d’eu­ros tandis que le résul­tat net recule de 35,5% à 26,2 millions d’eu­ros. Toute­fois, le leader mondial de l’ho­méo­pa­thie reste béné­fi­ciaire et sa capa­cité d’au­to­fi­nan­ce­ment augmente même de 1,9% à 105 millions d’eu­ros, tandis que sa tréso­re­rie nette s’amé­liore de 12,7% à 234 millions d’eu­ros.

C’est en France que la situa­tion est la plus critique avec une baisse d’ac­ti­vité dans l’Hexa­gone de 30% depuis plus de deux et l’an­nonce du dérem­bour­se­ment de l’ho­méo­pa­thie, effec­tive depuis le 1er janvier 2021. D’où le plan de réor­ga­ni­sa­tion en profon­deur de l’en­tre­prise en France, annoncé en mars 2020, qui va se traduire par 566 suppres­sions de postes et la créa­tion de 122 autres au cours de cette année 2021. Les premières ferme­tures d’éta­blis­se­ment sont inter­ve­nues en janvier et vont se pour­suivre toute l’an­née.

>>>À lire aussi : Boiron joue la carte des probio­­tiques

Main­tien d’un divi­dende à 0,95 € par action

Le coût global de cette restruc­tu­ra­tion qui a provoqué un conflit social jamais vu chez Boiron, est estimé à 63,7 millions d’eu­ros, dont 58,7 millions ont été provi­sion­nés sur l’exer­cice 2020. Ce qui affecte la renta­bi­lité du groupe. En contre­par­tie, Boiron va écono­mi­ser pour 26 millions d’eu­ros d’en­ga­ge­ments sociaux réduits. Hors impact de restruc­tu­ra­tion, le résul­tat opéra­tion­nel aurait été de 70,9 millions d’eu­ros.

La direc­tion du groupe dirigé par Valé­rie Lorentz-Poin­sot prévient que l’exer­cice 2021 sera, à nouveau, impacté, à la fois par le dérem­bour­se­ment effec­tif des médi­ca­ments homéo­pa­thiques en France et la crise sani­taire mondiale. Avec, à la clé, une baisse signi­fi­ca­tive du chiffre d’af­faires, notam­ment au 1er trimestre. Le résul­tat sera, lui aussi, en recul. Le lance­ment d’une acti­vité dans les probio­tiques depuis novembre 2020 et le fait que Boiron ait été retenu dans le cadre d’un appel d’offres pour la mise en place du canna­bis médi­cal ne compen­se­ront pas la perte d’ac­ti­vité annon­cée.

>>>À lire aussi : Boiron se lance dans l’ex­­pé­­ri­­men­­ta­­tion du canna­­bis à usage médi­­cal

La situa­tion n’est cepen­dant pas inquié­tante au point que Boiron supprime son divi­dende versé aux action­naires. Le conseil d’ad­mi­nis­tra­tion propo­sera à l’as­sem­blée géné­rale des action­naires de le fixer à 0,95 € par action.

Remonter