La région Auvergne-Rhône-Alpes lance son Fonds souve­rain

Un premier closing à 70 millions d'euros avec un objectif de monter à 100 millions d'euros pour Auvergne-Rhône-Alpes Investissement qui sera présidé par Laurent Fiard et géré par Siparex. Un outil pour protéger les entreprises régionales en sortie de crise sanitaire, conforter leurs fonds propres et éviter qu’elles ne soient rachetées par des capitaux étrangers.

Une asso­cia­tion à 50–50 de fonds privés et publics : région Auvergne-Rhône-Alpes (25 millions d’eu­ros) et Bpifrance (10 millions) d’un côté ; Crédit Agri­cole et Caisse d’Epargne (10 millions chacun à travers leurs diffé­rentes caisses), Banque Popu­laire Auvergne-Rhône-Alpes (7,5 millions), L’Auxi­liaire (5 millions), Apicil et Grou­pama (1 million chacun), le Medef et d’autres inves­tis­seurs (0,5 million), soit au total 70 millions d’eu­ros pour le 1er closing, l’objec­tif étant de monter à 100 millions ensuite, avec un effet de levier de 4 (pour 1 € investi, 4 € levés par ailleurs), soit l’es­poir de 400 millions d’eu­ros inves­tis avec et autour de ce premier fonds souve­rain régio­nal.

La société de parti­ci­pa­tions Auvergne-Rhône-Alpes Inves­tis­se­ment sera prési­dée par Laurent Fiard, PDG de Visia­tiv et ancien président du Medef Lyon Rhône, dont il reste vice-président. Et la gestion de ce fonds est confiée à Sipa­rex qui gérait déjà le Fonds régio­nal d’in­ves­tis­se­ment -FRI- (doté quant à lui de 40 millions d’eu­ros). Pour les PME-ETI jusqu’à 200 millions d’eu­ros de chiffre d’af­faires avec, au moins un résul­tat béné­fi­ciaire sur les trois derniers exer­cices, les tickets d’in­ves­tis­se­ment évolue­ront dans une four­chette comprise entre 3 et 7 millions d’eu­ros. Une partie des enga­ge­ments de ce fonds souve­rain sera réservé à des PME-TPE de moins de 10 millions d’eu­ros de chiffre d’af­faires et de moins de 50 sala­riés, avec des inves­tis­se­ments se situant entre 100 000 et 500 000 €.

Redon­ner de l’oxy­gène

« Nous aimons bien l’as­so­cia­tion public/privé dans la région, explique Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Et nous croyons à l’im­por­tance fonda­men­tale de garder et de déve­lop­per notre tissu écono­mique. Nous avons une substance indus­trielle forte et nous enten­dons la proté­ger et la défendre. Les plus grandes régions dans le monde sont dotées de fonds souve­rains ». Et le président du Conseil régio­nal de rappe­ler les trois objec­tifs pour­sui­vis : « proté­ger les entre­prises en sortie de crise sani­taire avec la possi­bi­lité d’in­ter­ve­nir en haut de bilan et de leur redon­ner de l’oxy­gène. Leur permettre de gran­dir et de se déve­lop­per en accom­pa­gnant prio­ri­tai­re­ment nos entre­prises fami­liales auxquelles on croit beau­coup. Et, puis à terme, nous nous adres­se­rons aux épar­gnants pour qu’ils aient une vraie traça­bi­lité de la desti­na­tion de leur épargne ».

Promu président de ce fonds souve­rain, Laurent Fiard rappelle que « les entre­prises gagnantes font les terri­toires gagnants et réci­proque­ment ». Tandis que Bertrand Rambaud, PDG de Sipa­rex se féli­cite que ce fonds soit « un véri­table outil de place ». Spécia­liste français indé­pen­dant du capi­tal inves­tis­se­ment créé par Domi­nique Nouvel­let il y a plus 40 ans à Lyon, le Groupe Sipa­rex affiche des capi­taux sous gestion de 2,2 Md€. Sipa­rex couvre l’en­semble du terri­toire natio­nal avec des implan­ta­tions à Paris, Lyon, Lille, Nantes, Stras­bourg et Toulouse.

Pour Jean-Pierre Bès, direc­teur de Bpifrance dans la région, le fonds souve­rain régio­nal est « un fonds bien né ». Avec le double objec­tif d’ac­cé­lé­rer le déve­lop­pe­ment des entre­prises à forts enjeux stra­té­giques notam­ment dans huit filières d’ex­cel­lence du terri­toire rhônal­pin (telles que l’in­dus­trie du futur, l’agroa­li­men­taire, la santé et l’éner­gie), et de renfor­cer et d’ac­cé­lé­rer le rebond d’en­tre­prises à fort poten­tiel mais conjonc­tu­rel­le­ment fragi­li­sées, le fonds souve­rain Auvergne-Rhône-Alpes est destiné à accom­pa­gner une quaran­taine de PME/ETI. « Je préfère que ce soit nous qui inves­tis­sions dans nos entre­prises que des fonds du Qatar », conclut Laurent Wauquiez. L’en­semble des fonds inves­tis par la région Auvergne-Rhône-Alpes à travers diffé­rents véhi­cules se monte à 150 millions d’eu­ros à ce jour, et ce, dans 12 000 entre­prises.

Remonter