Bruno Bernard savoure la réou­ver­ture du Musée des Confluences

Pour Bruno Bernard, c’est d’abord un soula­ge­ment : « Enfin le Musée des Confluences réouvre ! », s’est exclamé le président de la Métro­pole, lors d’un point presse orga­nisé mercredi matin, avant l’ac­cueil des premiers visi­teurs, aux côtés d’Hélène Lafont-Coutu­rier, direc­trice géné­rale du musée, Fanny Dubot, prési­dente du musée, et Cédric Van Styven­dael, vice-président de la Métro­pole en charge de la Culture. Dès la mi-décembre, l’élu écolo­giste avait affi­ché son inten­tion de rouvrir l’éta­blis­se­ment, fusti­geant la déci­sion du gouver­ne­ment de lais­ser fermer les lieux cultu­rels, avant de fina­le­ment rentrer dans le rang. « Ce musée n’au­rait jamais dû être fermé si long­temps, commente-t-il aujourd’­hui. La culture a malheu­reu­se­ment trop souvent été une variable d’ajus­te­ment dans la commu­ni­ca­tion du gouver­ne­ment pendant cette crise. Le milieu cultu­rel ne doit plus se retrou­ver dans une situa­tion aussi drama­tique. »

500 visi­teurs atten­dus

Les équipes du Musée des Confluences, mobi­li­sées pour renou­ve­ler les collec­tions durant les mois de ferme­ture, se préparent à accueillir plusieurs centaines de personnes pour la réou­ver­ture ce mercredi. « Nous avons déjà 500 réser­va­tions pour la jour­née, on voit qu’on a manqué au public. C’est un très beau signal et un réel bonheur pour toutes les équipes de rouvrir les portes et retrou­ver le public », précise Hélène Lafont-Coutu­rier. Le musée doit compo­ser avec une réduc­tion de la jauge d’ac­cueil du public fixée à 600 personnes jusqu’au 9 juin, puis à 1200 personnes par la suite. « Le monde cultu­rel repré­sente 20 000 emplois dans la Métro­pole, il est essen­tiel d’être présent à ses côtés », a rappelé Cédric Van Styven­dael, qui souhaite accom­pa­gner ces prochains mois la struc­tu­ra­tion de la filière pour la rendre « plus résis­tante ».

Remonter