Mix-R, la RSE au centre du jeu

Fondé en 2018 à Lyon, le réseau Mix-r s’adresse à tous les entrepreneurs et dirigeants de l’agglomération souhaitant s’engager sur les thématiques RSE et accroître leur impact sur la société et l’environnement.

À l’ori­gine du projet, le même constat, partagé par les cinq diri­geants d’en­tre­prise asso­ciés-fonda­teurs de Mix-r. « Quels que soient leurs tailles ou leurs secteurs d’ac­ti­vité, les entre­prises sont souvent confron­tées à des problé­ma­tiques RSE compa­rables, mais recherchent chacune des solu­tions de façon isolée », expose Régis Chomel de Varagnes (Oravéo), direc­teur géné­ral de Mix-r, à la genèse du projet en 2018, aux côtés de Bruno Rous­set (ex-April), Thierry de la Tour d’Ar­taise (Seb), Stépha­nie Paix (ex-Caisse d’Epargne) et Emma­nuel Mony (Tarvel). Le réseau propose ainsi à ses membres d’échan­ger sur ces théma­tiques pour « faci­li­ter le partage d’ex­pé­rience entre pairs, et pour ensuite mutua­li­ser et déployer des actions respon­sables en interne, au sein de leurs entre­prises », selon le direc­teur géné­ral du réseau.

Bras­sage d’idées

Le club orga­nise ainsi pour ses 75 membres, de nombreux événe­ments tout au long de l’an­née (rencontres avec des experts, groupes de travail entre pairs sur des théma­tiques précises propres à la RSE, ateliers spéci­fiques, visites sur le terrain d’autres entre­prises et d’autres pratiques de la RSE,…). « Mix-r se veut comme un agita­teur d’en­tre­prises respon­sables. On souhaite être un espace favo­rable au bras­sage d’idées, où chacun apporte ses expé­riences et son savoir-faire pour construire collec­ti­ve­ment des actions respon­sables, déve­loppe le direc­teur géné­ral de Mix-r. Mais pour que ces démarches RSE fonc­tionnent, il faut aussi que le patron soit engagé sur ces ques­tions là, qu’il en comprenne les enjeux. Nous voyons la RSE comme un vrai outil stra­té­gique pour l’en­tre­prise. » Le réseau, qui n’est pas une asso­cia­tion dans ses statuts mais une entre­prise à mission, vise à se déve­lop­per et chan­ger de dimen­sion d’ici quatre ans. « Notre plan stra­té­gique « Chan­ger d’r 2025 », vise à faire passer Mix-r dans une plus grande dimen­sion, notam­ment en accé­lé­rant son déve­lop­pe­ment via des implan­ta­tions dans d’autres régions pour avoir une couver­ture natio­nale », conclut Régis Chomel de Varagnes.

Les + du réseau

  • Une large offre propo­sée. « Nous orga­ni­sons fréquem­ment des rencontres inspi­rantes avec des experts, des ateliers avec des pres­ta­taires sélec­tion­nés (calcul du bilan carbone, labels RSE à privi­lé­gier,…) et souhai­tons orga­ni­ser un voyage à l’étran­ger chaque année afin de s’im­mer­ger dans d’autres pratiques de la RSE. »
  • La diver­sité des inter­lo­cu­teurs. « Le réseau s’adresse essen­tiel­le­ment à deux typo­lo­gies de personnes : les diri­geants et les respon­sables RSE. Mais géné­ra­le­ment, dans nos abon­nés, on échange aussi avec les direc­teurs des ressources humaines, direc­teurs de la commu­ni­ca­tion et autres respon­sables souvent présents aux événe­ments. »

L’autre bonne raison d’y aller

Une offre qui s’adresse à toutes les entre­prises. Les diri­geants de Mix-r mettent en avant la grande diver­sité des entre­prises adhé­rentes. « Nous avons un tiers de grands groupes et ETI, un tiers de PME et un tiers de TPE. Mix-r n’est pas le réseau d’une caté­go­rie d’une taille d’en­tre­prise. On consi­dère que les petites boîtes peuvent appor­ter aux grandes et vice-versa. L’échange de pratiques se fait dans les deux sens. »

L’avis de

Alexandre Rocco, président-fonda­teur de Shift Consul­ting

« Avec mes asso­ciés, nous sommes très enga­gés autour de la RSE. J’ai recher­ché des pairs, des gens qui avaient du recul et une grande moti­va­tion sur ces sujets-là. J’ai dont rejoint Mix-r dès son lance­ment. C’est très inspi­rant de rejoindre un réseau cofondé par des figures tuté­laires comme Bruno Rous­set. Avec Shift, nous sommes très volon­ta­ristes dans notre parti­ci­pa­tion au réseau. Nous avons parti­cipé à de nombreuses initia­tives, comme notam­ment le calcul de notre emprunte carbone. Une démarche orches­trée par Mix-r, qui solli­cite de manière toujours perti­nente, un pres­ta­taire pour ce type d’ate­liers. »

Quelles entre­prises peut-on y rencon­trer ?

Everial

OL Groupe

Ninkasi

AXIAL

Jours de Prin­temps

Grou­pama Rhône-Alpes Auvergne

UBIC

Boiron

Adecco

Merck

bioMé­rieux

Sopra Steria…

Nombre de membres

75 entre­prises adhé­rentes

Coti­sa­tion

Selon le nombre de sala­riés de l’en­tre­prise. 500 euros/an pour les toutes petites struc­tures. 1000 euros/an pour les PME et 2500 euros/an pour les ETI et grands groupes.

Consent choices
Remonter