Gatte­fossé : Ségo­lène Moyrand-Gros ouvre une nouvelle page

Après 25 années à la direction du fabricant d'ingrédients pour les industries cosmétique et pharmaceutique, Jacques Moyrand cède son fauteuil à sa fille, Ségolène Moyrand-Gros. A 40 ans, elle prend la présidence d'une PME familiale qui lance le plus gros projet de son histoire avec la construction d'un nouveau site de production dans le Texas.

En prenant la suite de son père, Jacques Moyrand, qui prend du recul après 25 ans à la prési­dence de Gatte­fossé (116 millions d’eu­ros de chiffre d’af­faires, 320 colla­bo­ra­teurs), Ségo­lène Moyrand-Gros perpé­tue et renoue, à la fois, avec la tradi­tion fami­liale. Perpé­tue car elle repré­sente la cinquième géné­ra­tion de la famille fonda­trice à la tête du fabri­cant d’in­gré­dients pour les indus­tries cosmé­tique et phar­ma­ceu­tique. Et renoue car elle n’est pas la première femme à diri­ger Gatte­fossé : avant elle, son arrière-grand-mère Blanche Gatte­fossé (1885–1975) a piloté l’en­tre­prise instal­lée à Saint-Priest pendant les deux guerres, puis occupé le fauteuil de prési­dente pendant près de 20 ans à la mort de son époux. « Je ne l’ai pas connue, mais on m’a toujours décrit mon arrière-grand-mère comme quelqu’un de très déter­mi­née », rapporte Ségo­lène Moyrand-Gros, qui reprend à son compte ce trait de carac­tère. « Je suis déter­mi­née, fière et enthou­siaste. Ce passage de témoin entre mon père et moi est une déci­sion mûre­ment réflé­chie et prépa­rée de longue date  », explique la nouvelle prési­dente, 40 ans tout juste, qui a effec­tué toute sa carrière dans l’en­tre­prise fami­liale. Et sa nouvelle feuille de route est assez simple à résu­mer : Alors que son père a trans­formé l’af­faire fami­liale en une PME qui distri­bue ses produits dans plus de 60 pays dans le monde et réalise 75% de ses ventes hors de France, Ségo­lène Moyrant-Gros a pour objec­tif de faire passer Gatte­fossé « du statut de PME expor­ta­trice à celui d’une ETI indus­trielle implan­tée dans plusieurs pays ».

Un inves­tis­se­ment de 30 millions d’eu­ros

Car Ségo­lène Moyrand-Gros prend ses fonc­tions dans une période clé pour le spécia­liste de la chimie des lipides et de l’ex­trac­tion végé­tale qui affiche, ces dernières années, une crois­sance régu­lière de l’ordre de 5% par an. En plus d’un impor­tant plan à 25 millions d’eu­ros pour agran­dir et moder­ni­ser son site de Saint-Priest au cours des cinq prochaines années, Gate­fossé – dont le capi­tal est toujours à 100% aux mains des familles fonda­trices – s’ap­prête à lancer les travaux du plus grand projet de son histoire débu­tée il y a 140 ans : la construc­tion d’un site de produc­tion à 30 millions d’eu­ros au Texas qui doit être inau­guré en 2024. « Cet inves­tis­se­ment répond à plusieurs enjeux stra­té­giques car il nous permet d’ac­cen­tuer notre présence en Amérique du Nord, d’ac­croître nos capa­cité de produc­tion mondiale et enfin d’of­frir plus de flexi­bi­lité à nos clients grâce à une présence sur trois conti­nents si l’on ajoute notre ligne de produc­tion de Singa­pour. C’est donc un projet très struc­tu­rant », détaille Ségo­lène Moyrand-Gros. Four­nis­seur d’en­tre­prises phar­ma­ceu­tiques et cosmé­tiques (dont les noms sont gardés secrets), Gatte­fossé veut croire égale­ment à de « belles pers­pec­tives » grâce à ses équipes R&D. Après avoir mis sur le marché son dernier actif cosmé­tique en avril, le groupe s’ap­prête à lancer dans les prochains mois trois nouveaux produits sur le marché phar­ma­ceu­tique.

« Des pers­pec­tives promet­teuses »

Pour cette prise de fonc­tion, Ségo­lène Moyrand-Gros sera épau­lée par Eduardo de Purgly, le direc­teur géné­ral du groupe depuis dix ans. Elle pourra aussi comp­ter sur le regard de son père, qui conserve la vice-prési­dence du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion. « Il reste à mes côtés, ce qui est rassu­rant pour moi, tout en me lais­sant la main sur la direc­tion de l’en­tre­prise », synthé­tise-t-elle. Elle pourra aussi s’ap­puyer sur une bonne connais­sance de Gatte­fossé qu’elle a inté­gré dès 2006. Titu­laire d’un master en busi­ness school doublé d’une spécia­li­sa­tion en marke­ting indus­triel, elle débute au marke­ting inter­na­tio­nal avant de deve­nir respon­sable commu­ni­ca­tion puis respon­sable RSE. En paral­lèle, Ségo­lène Moyrand-Gros prépare sa future prise de respon­sa­bi­lité à la direc­tion du groupe en complé­tant son parcours d’un execu­tive MBA à EmLyon qui lui permet d’in­té­grer le conseil d’ad­mi­nis­tra­tion en 2013, puis le comité de direc­tion en 2019. « Les pers­pec­tives de Gatte­fossé sont promet­teuses et je souhaite nous inscrire dans une crois­sance durable et respon­sable », conclut Ségo­lène Moyrand-Gros.

BioEx­press
25 mai 1981 : Nais­sance à Lyon
2006 : Elle intègre Gatte­fossé
2013 : Elle entre au conseil d’ad­mi­nis­tra­tion
2019 : Elle rejoint le comité de direc­tion
7 juin 2021 : Elle est nommée prési­dente de Gatte­fossé

Remonter