Le plan de Bruno Bernard et Grégory Doucet pour trans­for­mer la Part-Dieu

Le président de la Métropole et le maire de Lyon présentaient ce mardi les contours de leur projet pour réorienter le quartier de la Part-Dieu. Les élus écologistes souhaitent faire du quartier d’affaires un territoire plus tourné vers ses habitants et privilégier ainsi les logements aux grandes constructions tertiaires.

C’est l’un des grands chan­tiers souhai­tés par les nouvelles majo­ri­tés écolo­gistes à la Métro­pole et à la Ville de Lyon. Après des décen­nies de construc­tion de tours et d’im­meubles de bureaux à la Part-Dieu, Bruno Bernard et Grégory Doucet entendent désor­mais rema­nier le quar­tier d’af­faires pour en faire un terri­toire plus végé­tal, plus tourné vers ses habi­tants et plus accueillant pour les piétons et vélos. 

Parmi les prin­ci­paux axes de travail étudiés, le rééqui­li­brage de la part du loge­ment dans la produc­tion immo­bi­lière à venir face à celle des immeubles de bureaux. La fin donc, de la pour­suite de la « skyline » à la lyon­naise et des grandes construc­tions verti­cales tertiaires. « Les projets en cours se terminent et la suite sera orien­tée vers les habi­tants, avec une place plus impor­tante accor­dée au loge­ment, et notam­ment aux loge­ments sociaux », indique Bruno Bernard. Près de 1500 loge­ments devraient ainsi voir le jour d’ici 2030, tandis que 100 000 m2 de bureaux, initia­le­ment prévus dans les plans d’ur­ba­ni­sa­tion de la majo­rité précé­dente, dispa­raissent dans cette version repen­sée du quar­tier. 

« Un quar­tier plus agréable à vivre »

« La Part-Dieu doit désor­mais être un quar­tier habité à toutes heures du jour et tous les jours, y compris le week-end », pour­suit Raphaël Michaud, adjoint à l’ur­ba­nisme à la Ville de Lyon. Parmi les nouveau­tés à prévoir à la Part-Dieu : le déve­lop­pe­ment d’es­paces publics, forte­ment végé­ta­li­sés (2144 arbres plan­tés en 2030 contre 898 en 2020), d’équi­pe­ments et commerces de proxi­mité et davan­tage de place lais­sée aux piétons et cyclistes. « La Part-Dieu sera à l’ave­nir, un quar­tier plus agréable à vivre pour les habi­tants, qui pour­ront s’y dépla­cer plus faci­le­ment à pied, et avec plus de nature autour d’eux », prolonge Bruno Bernard

Quid de l’at­trac­ti­vité écono­mique du quar­tier pour les entre­prises ? « L’offre tertiaire à la Part-Dieu est très impor­tante. L’idée, ce n’est pas de concen­trer tous les bâti­ments tertiaires à un seul endroit comme à La Défense, mais plutôt de les répar­tir sur tout le terri­toire de la Métro­pole, souffle Grégory Doucet. Le prin­cipe de la skyline, avec une concen­tra­tion des immeubles tertiaires, créé des effets induits avec des dépla­ce­ments massifs vers une même zone. La Part-Dieu ne doit plus être un aspi­ra­teur à voitures. Il est essen­tiel de répar­tir l’en­semble de l’ac­ti­vité écono­mique sur l’en­semble du terri­toire. »

Remonter