Ludo­vic Ouvry reprend l’isé­rois Suli­tec

Le groupe lyonnais Ouvry rachète la société iséroise Sulitec et complète son offre de protection individuelle face aux risques (Nucléaires, Radiologiques, Biologiques, Chimiques) avec la protection et l’isolation thermiques hautes températures.

La PME lyon­naise Ouvry, spécia­li­sée dans les systèmes de protec­tion corpo­relle et respi­ra­toire face aux risques (Nucléaires, Radio­lo­giques, Biolo­giques, Chimiques), annonce avoir racheté l’isé­rois Suli­tec, expert de la protec­tion et isola­tion ther­miques hautes tempé­ra­tures. « C’est une impor­tante opéra­tion de crois­sance externe pour Ouvry après 17 années de crois­sance pure­ment orga­nique, si l’on excepte le rachat de brevets, souligne Ludo­vic Ouvry (au centre), président-fonda­teur de la société instal­lée dans le 9e arron­dis­se­ment. Avec Suli­tec, nous maîtri­sons des briques tech­no­lo­giques complé­men­taires et nous allons pouvoir travailler sur les syner­gies entre nos deux socié­tés pour conti­nuer à « proté­ger ceux qui nous protègent » et contrer les menaces NRBC et feu. »

Avec cette acqui­si­tion, Ouvry (25 sala­riés) renforce donc son offre dans le domaine de la défense et auprès des sapeurs-pompiers, avec les tech­no­lo­gies de protec­tion ther­mique haute tempé­ra­ture et simu­la­teurs de feu réel déve­lop­pés par Suli­tec. « Nous voulions trou­ver un parte­naire fami­lial, axé sur l’in­no­va­tion et le made in France, comme nous le sommes depuis la créa­tion de l’en­tre­prise en 2002, prolonge Jacques Lumi­net (à gauche), cofon­da­teur de Suli­tec avec Claude Nasso (à droite). Ouvry ne peut qu’ap­por­ter un très fort déve­lop­pe­ment à Suli­tec. » 

Le regard vers l’in­ter­na­tio­nal

Grâce à ce rappro­che­ment, l’en­tre­prise iséroise (10 sala­riés, 3 millions d’eu­ros de chiffre d’af­faires) entend profi­ter du réseau inter­na­tio­nal d’Ou­vry, qui réalise plus de 70% de son acti­vité à l’ex­port dans 44 pays. « Nous n’avons jamais mis les moyens pour déve­lop­per cet aspect-là, mais aujourd’­hui le déve­lop­pe­ment de notre acti­vité passe par l’ex­port, avec un poten­tiel très impor­tant », note Jacques Lumi­net. Le cofon­da­teur de Suli­tec reste aux manettes de la PME iséroise, qui « conti­nuera de fonc­tion­ner avec ses effec­tifs et ses deux sites de produc­tion, comme une société soeur d’Ou­vry », précise Ludo­vic Ouvry

Les deux PME rhônal­pines, en forte crois­sance entre 2017 et 2020 (plus de 15% par an pour Suli­tec et 30% pour Ouvry), visent un chiffre d’af­faires cumulé supé­rieur à 20 millions d’eu­ros pour 2021 (16 millions pour Ouvry et 4 millions pour Suli­tec).

Consent choices
Remonter