« Sanofi produira plusieurs dizaines de millions de doses dès fin 2021 »

De passage à Lyon, Olivier Bogillot, président de Sanofi en France confirme que le laboratoire pharmaceutique commencera la production de son vaccin contre le Covid en anticipant les résultats de la phase 3, avant la mise sur le marché. Tous les sites, dont Marcy l’Etoile, seront mobilisés pour produire plusieurs dizaines de millions de doses d’ici à la fin de 2021 et plusieurs centaines de millions de doses en 2022.

« Nous allons commen­cer la produc­tion de notre vaccin contre le Covid en anti­ci­pant les résul­tats de la phase 3 de notre étude clinique, explique Olivier Bogil­lot, président de Sanofi en France. Nous profi­tons de notre retard pour réali­ser une phase 3 très ambi­tieuse en suivant au plus près l’évo­lu­tion des variants et de l’épi­dé­mie. Nous serons en capa­cité de commer­cia­li­ser plusieurs dizaines de millions de doses d’ici à la fin de 2021 et plusieurs centaines de millions en 2022 ». Et de préci­ser que tous les sites du groupe, dont celui de Marcy-l’Etoile, le navire amiral de Sanofi pour la produc­tion des vaccins, seront mobi­li­sés, l’an­ti­gène rele­vant du site de Vitry. Au passage, le patron de Sanofi dans l’Hexa­gone rappelle que la vacci­na­tion ne dépasse pas 10% à l’échelle de la planète à ce jour et que le vaccin de Sanofi (une protéine recom­bi­nante) sera utile en France pour les rappels.

Sanofi bashing

De passage à Lyon dans le cadre de l’en­ga­ge­ment du groupe auprès de Sport dans la Ville, Olivier Bogil­lot, ancien étudiant lyon­nais à la fin des années 90, rappelle la mobi­li­sa­tion de Sanofi dans la crise sani­taire : « Il y eu beau­coup de Sanofi bashing, alors que nous avons augmenté notre produc­tion de médi­ca­ments de 100 % pendant la crise. Nous avons accom­pa­gné la produc­tion des vaccins BioN­tech dans notre usine de Franc­fort, de même que pour Moderna aux Etats-Unis et John­son & John­son ici à Lyon. Et, surtout, dès fin 2019, avant la crise sani­taire, Paul Hudson, direc­teur géné­ral du groupe, avait décidé un inves­tis­se­ment majeur, ici à Lyon dans une usine de vaccins ultra moderne pouvant produire plusieurs vaccins avec plusieurs tech­no­lo­gies. Nous inves­tis­sons aussi dans la recherche. Aucune entre­prise n’a engagé un tel inves­tis­se­ment de 610 millions € au total en France ».

Et d’ex­pliquer que ce n’est pas la construc­tion en tant que telle qui prend le plus de temps (18 mois) mais plutôt la vali­da­tion tech­nique (deux ans et demi), soit une instal­la­tion en « ordre de marche en 2025 ».

Plus géné­ra­le­ment, Olivier Bogil­lot se réjouit des dernières décla­ra­tions d’Ursula Von der Leyen, Angela Merkel et Emma­nuel Macron afin que l’Eu­rope se donne les moyens de faire face, à l’ave­nir, à d’autres épidé­mies. « Il faut avoir des moyens d’in­ter­ven­tions finan­ciers puis­sants, avoir les bons outils, être agiles et aller vite, savoir faire des parte­na­riats publics privés. Aujourd’­hui, il y a une vraie prise de conscience que l’on doit faire mieux ».

Impul­sion poli­tique

Sanofi, qui avait essuyé beau­coup de critiques pour son plan de départ volon­taires de cher­cheurs, rappelle qu’il inves­tit annuel­le­ment 2 milliards € en R & D en France (6 milliards € dans le monde sur un chiffre d’af­faires de 36 milliards €), sans comp­ter envi­ron 1,5 milliard € d’in­ves­tis­se­ments indus­triels. « La France repré­sente 5% de notre acti­vité mondiale mais 25% de nos effec­tifs totaux, ajoute Olivier Bogil­lot. Sanofi s’est profon­dé­ment trans­formé ces dix dernières années. On a changé le modèle de recherche du groupe autour d’un très bel éven­tail de plate­formes. Sur le cancer du sein et la sclé­rose en plaque, nous travaillons sur des médi­ca­ments promet­teurs. La France est le deuxième pays dans le monde sur la cancé­ro­lo­gie. Nous avons de bons cher­cheurs. Nous avons les moyens d’avoir de très bons clus­ters en région pari­sienne et à Lyon. Il faut redy­na­mi­ser le secteur acadé­mique et avoir une vraie impul­sion poli­tique. C’est cela le cercle vertueux ».

Avant de produire son propre vaccin, Sanofi se prépare à produire, dès cet été, 12 millions de doses de vaccins John­son & John­son à Marcy-l’Etoile (formu­la­tion, répar­ti­tion, inspec­tion visuelle et contrôles asso­ciés ). Et ce jusqu’à la fin de l’an­née 2021.

Remonter