Société Géné­rale : Didier Pari­set mise sur la clien­tèle entre­prises

Didier Pariset, le nouveau délégué général de la banque en Auvergne-Rhône-Alpes, met l’accent sur l’accompagnement stratégique des clients entreprises. Et parie sur un « vif rebond de l’économie régionale ». 150 recrutements sont programmés en 2021 dont 80 pour le centre de relation client.

Cent jours après sa prise de fonc­tion, Didier Pari­set, le nouveau délé­gué géné­ral de la Société Géné­rale en Auvergne-Rhône-Alpes, parie « sur un vif rebond de l’éco­no­mie » avec, à la clé, des inves­tis­se­ments et donc des crédits distri­bués par la banque. Avec 6,7 milliards d’eu­ros d’en­cours de crédits entre­prises, 12 000 clients entre­prises et 25 000 profes­sion­nels, la Société Géné­rale main­tient de solides posi­tions. « Nous avons été très présents dans le soutien à l’éco­no­mie l’an dernier avec 5 600 PGE distri­bués pour un montant voisin de 1 milliard € dans la région », précise Didier Pari­set. Côté parti­cu­liers, la banque affiche 700 000 clients pour un encours de 7,7 milliards d’eu­ros. Soit, au total, un PNB -Produit net bancaire- (le chiffre d’af­faires d’une banque) de 511 millions d’eu­ros réali­sés par près de 2 000 colla­bo­ra­teurs, 200 agences, 4 centres d’af­faires régio­naux, 9 centres d’af­faires locaux, mais aussi un Centre de rela­tion client (CRC), l’un des quatre de la Société Géné­rale (Lille, Paris, Lyon, Marseille) qui super­vise 8 millions de clients et vient de fêter ses 20 ans.

Une ving­taine de parti­ci­pa­tions

« Ce centre de rela­tion client joue un rôle majeur, précise Didier Pari­set. Il avait un rôle de téléas­sis­tance au départ. Et il est devenu un pilier de la satis­fac­tion client. Et ce, dans une double optique : il irrigue le réseau d’agences de la banque et c’est une filière d’ex­cel­lence ». La Société Géné­rale s’enor­gueillit d’avoir décro­ché la palme du « meilleur service client » à huit reprises dans sa caté­go­rie. Grâce à un travail perma­nent sur la rela­tion à distance, « les équipes du CRC repré­sentent une vraie force de frappe ».

Ce n’est pas sans raison que, sur les 140 à 150 recru­te­ments annuels de la banque dans la région, 80 concernent le seul CRC. Et, dans ce cas précis, « on ne recrute pas des banquiers, mais on cherche des habi­le­tés », ajoute le direc­teur du centre. Outre ces embauches en CDI, la Société Géné­rale recrute aussi une centaine de CDD par an.

A noter aussi, la volonté de la banque de confor­ter ses posi­tions sur le marché des entre­prises. « Nous voulons être un acteur de l’ac­com­pa­gne­ment stra­té­gique de nos clients entre­prises, ajoute Didier Pari­set. Cela englobe les parti­ci­pa­tions (une ving­taine dans la région pour 81 millions €), les crédits struc­tu­rés, l’ac­ti­vité fusions/acqui­si­tions, mais aussi une salle des marchés et l’ac­ti­vité banque privée avec 45 personnes ». Et, en prolon­ge­ment, la clien­tèle patri­mo­niale est un axe fort.

Fusion de deux réseaux bancaires en 2023

Reste, enfin, un chan­tier majeur engagé jusqu’en 2023, celui de la fusion des deux réseaux Société Géné­rale et Crédit du Nord (Banque Rhône-Alpes, Layder­nier et Banque Nuger dans la région), en une seule banque. « C’est un projet ambi­tieux qui vise à rassem­bler nos forces avec des échanges de parcours », ajoute Didier Pari­set, qui en est un exemple vivant puisqu’il est un pur produit du Crédit du Nord avec 30 ans de carrière chez ce dernier, avant de prendre ses fonc­tions à la Société Géné­rale à Lyon, tout heureux de retrou­ver sa ville d’ori­gine. Une fusion qui se traduira par une dimi­nu­tion du nombre des agences. Mais il est encore trop tôt pour savoir lesquelles.

Consent choices
Remonter