ADERLY : la nouvelle approche de Jean-Charles Foddis

Dans le cadre de son positionnement stratégique mis en œuvre dès 2017, davantage axé sur la « qualité des projets » des entreprises souhaitant s’installer dans la région lyonnaise, l'ADERLY a décidé d'étudier son impact sur l'emploi réellement créé sur le territoire par les sociétés qu'elle a aidées à s'implanter sur 10 ans (2009-2018).
Emeline Baume, Yves Chavent et Jean-Charles Foddis.

L’ADERLY présen­tait jeudi, en présence de Jean-Charles Foddis (direc­teur exécu­tif de l’ADERLY), Emeline Baume (1e vice-prési­dente de la Métro­pole en charge de l’Eco­no­mie) et Yves Chavent (1er vice-président de la CCI Lyon-Métro­pole), son rapport détaillé sur l’em­preinte socio-écono­mique et envi­ron­ne­men­tale des entre­prises qu’elle a accom­pa­gnées ces dix dernières années. Une étude initiée fin 2019, en lien avec UrbaLyon et confiée à Utopies, société de conseil réfé­rence en matière d’éco­no­mie durable. 

Pour mener à bien son calcul, Utopies s’est basée sur les données réelles d’em­plois direc­te­ment créés par les entre­prises accom­pa­gnées dans leur implan­ta­tion entre 2009 et 2018. Au total, sur les 831 entre­prises qui se sont implan­tées sur le terri­toire grâce à l’ADERLY ces dix dernières années (prin­ci­pa­le­ment dans les services le numé­rique, et la clean­tech), 574 sont encore en acti­vité. Ces socié­tés auront contri­bué à la créa­tion de 9917 emplois directs, dispa­ri­tions incluses, soit plus de 11% des créa­tions nettes d’em­plois sur le terri­toire de l’AMELYSE (Aire métro­po­li­taine Lyon Saint-Etienne) sur la même période. L’étude révèle par ailleurs que l’ac­ti­vité géné­rée par les entre­prises implan­tées permet de soute­nir 23 000 emplois dans l’AMELYSE (liés aux four­nis­seurs, à la consom­ma­tion des ménages, aux dépenses publiques), et plus globa­le­ment 35 000 en France, soit un facteur de 2,5 emplois indi­rects et induits pour chaque emploi créé.

Impact envi­ron­ne­men­tal

« Nous avons initié cette nouvelle approche fin 2017, alors que nous venions de passer deux années de suite la barre des 100 implan­ta­tions et des 2000 emplois créés en 2016 et en 2017, détaille Jean-Charles Foddis. On a alors réflé­chi à faire venir des projets plus durables, à cher­cher des inves­tis­se­ments-impacts, pas seule­ment sur des secteurs forts, pour rendre le terri­toire plus rési­lient. » Une évolu­tion de la stra­té­gie, pour contri­buer au déve­lop­pe­ment équi­li­bré du terri­toire, « initiée bien avant l’ar­ri­vée des écolo­gistes à la Métro­pole », rappelle dans un sourire le direc­teur exécu­tif de l’ADERLY.

Ainsi, pour complé­ter cette étude socio-écono­mique, l’ADERLY et Utopies ont égale­ment travaillé sur une première évalua­tion de l’ef­fet en termes d’émis­sions carbone, de l’ar­ri­vée de nouvelles entre­prises implan­tées sur le terri­toire depuis 10 ans. Il en résulte que la présence locale des entre­prises accom­pa­gnées par l’Agence évite­rait l’émis­sion d’en­vi­ron 70 kt CO2 équi­valent par an (si les besoins locaux étaient adres­sés par d’autres entre­prises hors du terri­toire, françaises ou inter­na­tio­nales, au lieu des 574 entre­prises accom­pa­gnées par l’Agence), soit 39 500 allers-retours Paris-New York. 

Remonter