Descours & Cabaud : Philippe Masson­neau ose l’op­ti­misme

 Avec un chiffre d’af­faires 2020 de 3,7 milliards € en repli de 5% seule­ment et un résul­tat courant avant impôt de 143 millions presque stable, Descours & Cabaud a bien résisté à la crise sani­taire. « Nous avons prouvé notre capa­cité de rési­lience, prin­ci­pa­le­ment due à la décen­tra­li­sa­tion du groupe », explique Philippe Masson­neau, président du direc­toire. À l’in­ter­na­tio­nal, l’ac­ti­vité du groupe de négoce profes­sion­nel a été multi­pliée par deux entre 2015 et 2020, passant de 17% à 36% de son chiffre d’af­faires avec une présence dans 14 pays. « Il faut oser l’op­ti­misme, ajoute Philippe Masson­neau. Nous allons conti­nuer dans notre dyna­mique de trans­for­ma­tion. Nous avons un démar­rage posi­tif sur le premier semestre de 2021 ».

Le groupe lyon­nais a désor­mais terminé le maillage logis­tique de son réseau par métier, inves­tis­sant 100 millions € sur 3 ans pour son enseigne Prolians (construc­tion) et peut désor­mais propo­ser sur ses plate­formes 3 fois plus de réfé­rences qu’au­pa­ra­vant. Dexis (l’en­seigne pour l’in­dus­trie) a pour­suivi ses acqui­si­tions en Alle­magne et au Royaume-Uni, entre autres. En l’es­pace de 5 ans, Descours & Cabaud a tout simple­ment racheté 50 entre­prises. Et Hydra­lians (l’en­seigne eau et jardin), elle est présen­tée comme « la petite pépite qui monte », en crois­sance de 7% l’an dernier et de 66% de janvier à mai 2021. « Nous allons pour­suivre la construc­tion de notre leader­ship euro­péen en 2021 avec une offre multi­ca­nal large, en pour­sui­vant le maillage terri­to­rial et en atti­rant des talents », pour­suit Philippe Masson­neau prêt à pour­voir 150 postes immé­dia­te­ment en France (sur un effec­tif global de 14 000 sala­riés). Seules ombres au tableau : l’in­fla­tion sur les produits métal­lur­giques et la pénu­rie de certains maté­riaux avec des délais deman­dés jusqu’à septembre/octobre, voire de 6 mois jusqu’au début de 2022.

Remonter