Poli­tique – La nouvelle garde prend le pouvoir : Audrey Hénocque (1/16)

Ils sont les visages de la nouvelle génération politique qui s’installe aujourd’hui dans la métropole. Dans le sillon de Grégory Doucet à Lyon et Cédric Van Styvendael à Villeurbanne qui ont pris le pouvoir quatre ans après le raz-de-marée LREM des législatives de 2017, ces jeunes élus imposent leurs nouveaux codes dans un paysage marqué par deux décennies de « Collombie ».
Susie Waroude

Audrey Hénocque : 40 ans – 1e adjointe de la Ville de Lyon

Impliquée dans le tissu asso­cia­tif lyon­nais depuis plusieurs années, Audrey Hénocque s’est tour­née vers la poli­tique lors de la dernière campagne des muni­ci­pales. « Je traver­sais parfois des phases de déprime quand je voyais ce que nous sommes en train de faire à la planète, alors j’ai choisi de m’en­ga­ger avec les écolo­gistes pour faire émer­ger cette nouvelle force poli­tique et ce nouveau modèle. » En troi­sième posi­tion sur la liste EELV dans le 7e arron­dis­se­ment, l’ad­mi­nis­tra­trice terri­to­riale, en dispo­ni­bi­lité de son poste de direc­trice de l’ap­pren­tis­sage et de la forma­tion à la Région, est fina­le­ment choi­sie par Grégory Doucet comme première adjointe aux finances et à la commande publique. « L’idée, c’est de mettre en oeuvre la tran­si­tion écolo­gique et sociale. On nous taxe souvent d’idéo­logues, mais l’idéo­lo­gie peut aussi être posi­tive puisque ça montre que nous avons une vision  », indique l’élue, qui a remplacé Grégory Doucet pendant son congé pater­nité à la tête de la ville en avril. 

>>>À lire aussi : La nouvelle garde poli­­tique prend le pouvoir à Lyon

Polé­mique

Lancée dans le grand bain, Audrey Hénocque a notam­ment porté ces derniers mois la Program­ma­­tion pluri­an­­nuelle d’in­ves­­tis­­se­­ment (PPI) de la nouvelle majo­­rité à hauteur d’1,2 milliard d’eu­­ros. Elle s’est retrou­vée ciblée par une partie de l’op­po­si­tion mi-mai, au sujet du suivi d’une forma­tion sur l’éla­bo­ra­tion d’un budget. « C’est une vaine polé­mique qui ne sert qu’à nour­rir l’écolo-bashing. Je n’ai pas suivi cette forma­tion, mais je l’ai au contraire dispen­sée à plusieurs élus de la Ville, afin que ceux qui le souhaitent soient formés aux ques­tions budgé­taires, rétorque la 1e adjointe aux finances. Et quand bien même j’au­­rais suivi une forma­­tion, ça n’au­­rait pas été choquant. Les anciens élus se pensaient peut-être omni­s­cients et sûrs d’eux, nous on a l’hu­mi­­lité de dire qu’il faut se former pour suivre les évolu­­tions des lois et de la société. »

Remonter