Hervé Legros en croi­sade pour le loge­ment social et inter­mé­diaire

S’appuyant sur les résultats d’une étude conduite par City Linked dans la Métropole de Lyon, le patron d’Alila plaide pour un choc d’offre par une accélération de la construction, afin de freiner la flambée des prix. Selon City Linked, les prix de vente ont été multipliés par 2 en dix ans. Et les loyers sont en hausse de 34% sur l’année 2020.

« Il y a urgence à se mettre autour de la table pour trou­ver des solu­tions, lance Hervé Legros, le bouillant PDG d’Alila. Les maires de la Métro­pole de Lyon doivent prendre conscience que le loge­ment est un bien de première néces­sité. C’est en construi­sant davan­tage que l’on pourra frei­ner la flam­bée des prix ». Et, pour étayer ses propos, Hervé Legros a demandé à City Linked, une agence de conseil en stra­té­gies urbaines au service des déci­deurs de la ville, de réali­ser une étude à l’échelle de la métro­pole lyon­naise.

Cette étude, inti­tu­lée « Métro­pole de Lyon : et si tout le monde était bien logé ? », dresse un constat impla­cable (déjà iden­ti­fié par d’autres acteurs). La chute de la construc­tion neuve depuis 2018 est impres­sion­nante dans une agglo­mé­ra­tion dont la popu­la­tion de plus de 12 250 habi­tants par an en moyenne, soit 6 100 ménages de plus (entre 2012 et 2017). De 12 400 loge­ments auto­ri­sés à la construc­tion en 2017, on est passé à 7 730 en 2019 et 3 945 en 2020. Autre­ment dit, un chiffre divisé par trois. Et, dans le même temps, les prix de l’im­mo­bi­lier ont doublé, limi­tant l’ac­cès au loge­ment (les prix dans le neuf ont été multi­pliés par deux en 2001 et 2013, source INSEE).

Sur la seule année 2020, les prix à l’achat ont bondi et les loyers sont en hausse dans une four­chette comprise entre 18 et 60% (source meilleur­sa­gents.com), indique Sybil Cosnard, urba­niste et prési­dente de City Linked. Autre diffi­culté : un manque cruel de construc­tion de grands loge­ments fami­liaux au centre et à l’est. Les délais d’at­tente pour accé­der à un loge­ment social T5 s’élèvent à 28 mois et à 15 mois pour un T1.

Cons­truire plus et mieux

Autre constat de l’étude : les 2/3 des habi­tants de la Métro­pole de Lyon sont éligibles à un loge­ment social, mais seule­ment 20% en obtiennent un. Sur dix demandes de loge­ment social, une seule est satis­faite. Le parc social est impor­tant avec 126 000 loge­ments sociaux, soit ¼ du parc total, mais il est tota­le­ment saturé avec une forte concen­tra­tion dans les communes de l’Est lyon­nais, nombre de communes de l’Ouest lyon­nais conti­nuant à frei­ner des quatre fers quand il s’agit de construire des loge­ments sociaux. Certaines évoquent un manque de foncier. « Ce n’est pas le sujet et c’est un faux débat, plaide Hervé Legros. L’im­por­tance, c’est de vouloir urba­ni­ser et d’ap­pliquer ce qui est prévu dans le PLU-H. Si on le fait, on répon­dra aux besoins des habi­tants. Il faut encou­ra­ger les maires bâtis­seurs et ne pas oublier les classes moyennes en construi­sant aussi du loge­ment inter­mé­diaire ».

Et Sybil Cosnard de pour­suivre : « cette étude nous explique qu’il est urgent de construire mieux. Soyons atten­tifs à offrir plus de services aux habi­tants tout en garan­tis­sant une plus grande qualité urbaine, paysa­gère, archi­tec­tu­rale et envi­ron­ne­men­tale. Il faut à la fois construire plus et construire mieux ».

Quant à Hervé Legros, il entend bien faire de la ques­tion du loge­ment, un sujet essen­tiel dans la campagne de la Prési­den­tielle 2022. Il devrait livrer 9 000 loge­ments en 2021 à travers ses 10 agences présentes sur 8 régions.

Remonter