Mécé­nat : la Ville resserre les liens avec les entre­prises

La Ville de Lyon présentait jeudi à l’Hôtel de Ville sa politique de mécénat, pour construire, aux côtés des entreprises du territoire, des projets à forte valeur sociétale et environnementale. Une mission mécénat menée par Guillaume Marin, ancien directeur de la communication de la Ville et Audrey Hénocque, première adjointe de Grégory Doucet, en charge des finances, de la commande publique et des grands événements.
Photo Susie Waroude

À l’aube de leur deuxième rentrée à l’Hô­tel de Ville de Lyon, les élus écolo­gistes présen­taient jeudi, leur nouvelle poli­tique de mécé­nat. L’exé­cu­tif muni­ci­pal souhaite ainsi déve­lop­per, en lien avec les entre­prises du terri­toire, des projets à forte valeur socié­tale et envi­ron­ne­men­tale, axés sur les objec­tifs de tran­si­tion écolo­gique et sociale prônés par Grégory Doucet. La Ville souhaite ainsi ampli­fier les actions de mécé­nat et de parrai­nage déjà enga­gées dans les domaines spor­tifs, cultu­rels et événe­men­tiel, et élar­gir ces parte­na­riats à de nouveaux domaines : préser­va­tion du patri­moine, jeunesse, soli­da­rité, inclu­sion sociale, végé­ta­li­sa­tion et biodi­ver­sité.

« Pour mener à bien ces projets, nous avons besoin de nous asso­cier avec toutes les fortes du terri­toire. Nous croyons beau­coup aux parte­na­riats avec les entre­prises. C’est essen­tiel pour nous de faire parti­ci­per les diffé­rents acteurs écono­miques sur ces sujets. Une collec­ti­vité locale n’a pas voca­tion à déci­der de tout, toute seule », témoigne Audrey Hénocque (photo), première adjointe à la Ville de Lyon, qui super­vise cette nouvelle mission mécé­nat et tend la main à l’éco­sys­tème écono­mique lyon­nais. 

Charte des valeurs

La mairie propose au vote du conseil muni­ci­pal de novembre une « charte des valeurs » pour mieux enca­drer les échanges entre la Ville et les entre­prises. « Dans cette charte, nous réaf­fir­mons les valeurs qui nous tiennent à coeur. On l’a présenté à 12 entre­prises mécènes histo­riques de la Ville, qui l’ont accueillie très favo­ra­ble­ment et qui ont envie de nous accom­pa­gner sur des projets avec du sens, prolonge Guillaume Marin, chargé de cette nouvelle mission mécé­nat. On se réserve le droit de ne pas accep­ter les dons d’un mécène s’il ne partage pas ces valeurs ou notre éthique. Mais la plupart des entre­prises ont aujourd’­hui compris qu’il fallait prendre ce virage RSE. »

À travers cette nouvelle mission, la Ville compte aujourd’­hui « aller sur des champs nouveaux et atti­rer peut-être de nouvelles entre­prises sur ces ques­tions ». Une ving­taine d’évé­ne­ments, projets ou sites patri­mo­niaux peuvent d’ores et déjà faire l’objet d’un parrai­nage ou d’un mécé­nat. Parmi ces nouveaux projets en émer­gence : la réno­va­tion des petites serres du Parc de la Tête d’Or, la nouvelle fête de l’eau et des fleuves (en lien avec CNR), l’ou­ver­ture des maisons de Santé-Sport, la restau­ra­tion de l’orgue de Saint-François de Sales, la plan­ta­tion d’arbres et la végé­ta­li­sa­tion de la ville, la réno­va­tion des salons de l’Hô­tel de Ville… 

Remonter